La CSG n'augmentera pas? pour l'instant

le
3
Aucune disposition de hausse n'est programmée dans le budget pour 2013 mais Jean-Marc Ayrault garde cette option pour financer la dépendance.

Les retraités peuvent dormir sur leurs deux oreilles. Du moins pour l'instant... Le premier ministre a confirmé, hier sur RTL, que le gouvernement n'envisageait pas de suivre les recommandations de la Cour des comptes en alignant le taux de CSG des retraités, du moins des plus aisés d'entre eux, sur celui des actifs - il existe un écart de 0,9 point, à l'avantage des premiers - ni de supprimer l'abattement de 10 % sur leur revenu imposable. «Aucune disposition (...) n'est envisagée dans le budget», a prévenu Jean-Marc Ayrault. Avant de préciser, à l'adresse des magistrats de la rue Cambon, que «tous les retraités ne sont pas des nantis».

Privilégiés ou pas, les retraités ne sont pas pour autant sortis d'affaire. Car personne, et surtout pas le premier ministre, ne dit que l'alignement du taux de CSG des retraités aisés sur celui des actifs n'interviendra pas un jour. Interrogé sur les moyens de financer la réforme de la dépendance, Jean-Marc Ayrault a clairement prévenu que la question serait reposée. «Lorsque ce débat viendra, nous pourrons l'aborder sereinement, mais dans un esprit de justice», a-t-il indiqué. D'aucuns voient dans cette nouvelle déclaration une preuve supplémentaire que le premier ministre prépare lui aussi les esprits à une future hausse, généralisée ou ciblée, de la CSG.

Vers une «CSG sociale»

On voit mal d'ailleurs comment le gouvernement pourra s'en passer pour combler le besoin de financement du chantier de la dépendance, estimé à une dizaine de milliards d'euros d'ici à 2030. Un point de CSG ramène entre 10 et 11 milliards dans les caisses de l'État. Contribution assise sur tous les revenus, et pas seulement sur les seuls salaires - comme les cotisations sociales -, elle touche tous les Français (y compris inactifs) et rapporte beaucoup: 72 milliards par an à la Sécurité sociale.

Le gouvernement est jusqu'à présent resté fidèle à son engagement de ne pas dégoupiller la grenade de la CSG pour combler les déficits du système. Les socialistes, François Hollande en tête, ont indiqué pendant la campagne qu'ils garderaient cette cartouche pour financer de nouveaux besoins, comme la dépendance. Avec la dégradation de l'économie, il est donc plus que probable que le gouvernement utilisera cette arme lors de la réforme de la dépendance, début 2013.

Voire avant, sur le dossier de la compétitivité sur lequel le gouvernement fera des propositions en fin d'année. La CSG a été créée par Michel Rocard pour baisser le coût du travail en transférant certaines cotisations pesant sur les salaires sur cette contribution à assiette large. D'où la tentation de certains au PS d'en recycler l'idée et de créer une forme de «CSG sociale», à la finalité identique à la «TVA sociale» que Nicolas Sarkozy avait fait voter au printemps et que la majorité s'est empressée d'abroger cet été.

LIRE AUSSI:

» Des retraités du public toujours plus avantagés

» La retraite en déchantant

» Les avantages fiscaux des retraités dans le collimateur

» Une réforme des régimes spéciaux de retraite a minima

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • rleonard le jeudi 20 sept 2012 à 12:12

    1 : la csg ne se calcule pas sur le net mais sur le brut donc la base est différente2 : un retraité paye sur 100% de sa retraite - un actif ne paye que sur 92,5% de son salairedonc si on aligne les taux pour les retraités, il faut aussi aligner les bases de calcul

  • xela78 le jeudi 20 sept 2012 à 10:04

    Si je touche un salaire de 1800 euros net je ne vois pas pourquoi je paierais plus de CSG qu'un retraite qui touche 2500 euros Net.

  • e.mugler le mercredi 19 sept 2012 à 21:17

    le % de napalm sur bercy est aujourdhui à 0% ... demain , combien ?