La crue de l'Yonne menace, le match Troyes - Bordeaux reporté

le
0
La crue de l'Yonne menace, le match Troyes - Bordeaux reporté
La crue de l'Yonne menace, le match Troyes - Bordeaux reporté

Quatre départements (l'Aube, la Marne, la Haute-Marne et l'Yonne) sont toujours en vigilance orange aux crues mardi matin, alors que des inondations sont redoutées à Troyes dans l'après-midi.

«L'eau commence à monter ce matin dans les communes de Saint-Thibault et Buchères, au sud de Troyes, et le pic de crue devrait atteindre Troyes dans les prochaines heures», indiquent les pompiers de l'Aube. Dans la nuit de lundi à mardi, ils ont effectué huit interventions dans le département et procédé à l'évacuation de quatre habitants de la commune de Bréviandes, où l'eau atteignait 40 cm dans les maisons en bord de fleuve.

Après les fortes pluies qui ont touché le centre-est de la France en fin de semaine dernière, l'onde de crue s'est déplacée vers le nord, et le tronçon «Seine troyenne», entre Courtenot et Romilly-sur-Seine, a été placé en vigilance orange lundi.

Lacs et nappes phréatiques saturés

Selon la préfecture, des inondations sont redoutées à Troyes alors que les lacs de la forêt d'Orient, qui régulent le débit de la Seine, arrivent à saturation et que les nappes phréatiques sont également saturées. En amont, le fleuve est sous surveillance à Paris. Mais hormis quelques interruptions ponctuelles de la circulation sur les voies sur berge et sur la Seine dans les prochains jours, les prévisions météo actuelles ne laissent pas augurer d'autres perturbations.

Dans le département de la Marne, dont la partie sud a été placée en vigilance orange lundi, le niveau des eaux a légèrement augmenté après les pluies de la nuit de lundi à mardi, selon les pompiers du département. Quelques champs sont inondés autour du lac de Der et deux routes secondaires, près de Saint-Rémy-en-Bouzemont (Marne), restent fermées à la circulation.

Du côté de la Haute-Marne, les secours se veulent rassurants mardi matin. Si quelques équipes de pompiers achèvent des interventions entamées lundi ou dans la nuit,...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant