La croissance suédoise plus forte qu'attendu au 3e trimestre

le
0
    STOCKHOLM, 30 novembre (Reuters) - La croissance de 
l'économie suédoise a été plus soutenue qu'attendu au troisième 
trimestre, une bonne surprise qui complique la tâche de la 
banque centrale puisque celle-ci risque de devoir assouplir sa 
politique monétaire dans quelques jours, dans le sillage de la 
Banque centrale européenne (BCE). 
    Le produit intérieur brut (PIB) suédois a augmenté de 0,8% 
sur la période juillet-septembre par rapport aux trois mois 
précédents et de 3,9% par rapport au troisième trimestre de l'an 
dernier, montrent les statistiques officielles publiées lundi.  
    Cette bonne performance a été alimentée entre autres par la 
vigueur de la consommation des ménages et l'amélioration des 
exportations. Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient 
en moyenne une croissance de 0,4% d'un trimestre sur l'autre et 
de 3,4% en rythme annuel.  
    "Cela (...) suggère que la Riksbank devrait laisser ses taux 
inchangés au vu d'une telle vigueur de la croissance", a 
commenté Ake Gustaffson, économiste de Swedbank. "Il y a la BCE 
cette semaine et si on observe une appréciation marquée de la 
couronne, la décision sera plus difficile pour la Riksbank." 
    Avec une croissance attendue d'environ 3% cette année et 
l'an prochain, la Suède devrait se classer parmi les pays les 
plus dynamiques du monde développé. Mais cette situation 
alimente les craintes d'un décalage entre situation économique 
et politique monétaire, susceptible d'aboutir entre autres à la 
formation d'une bulle immobilière.  
    La Riksbank risque en effet d'être dans l'obligation 
d'assouplir encore sa politique si la BCE annonce jeudi, comme 
l'anticipent la plupart des observateurs, une amplification de 
ses mesures non-conventionnelles. Dans le cas contraire, la 
banque centrale suédoise prendrait en effet le risque de laisser 
la couronne s'apprécier face à l'euro, ce qui pèserait sur 
l'inflation. 
    Les prix en Suède ont stagné ou baissé durant la majeure 
partie des trois dernières années. En octobre, l'indice des prix 
à la consommation était en hausse symbolique de 0,1% sur un an, 
très loin de l'objectif de 2% que s'est fixé la Riksbank.  
    "La question est de savoir jusqu'où la Riksbank est disposée 
à laisser la couronne monter", explique Olle Holmgren, 
économiste de SEB. "Nous prévoyons toujours que la Riksbank 
abaissera le taux de prise en pension à -0,45% en décembre." 
    Le principal taux d'intérêt suédois est pour l'instant fixé 
à -0,35%. La banque centrale annoncera sa prochaine décision le 
15 décembre.  
    
 
 (Daniel Dickson et Johan Sennero; Marc Angrand pour le service 
français, édité par Wilfrid Exbrayat) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant