La croissance espagnole revue en baisse pour 2010 et 2011

le
3
RÉVISION À LA BAISSE DU PIB ESPAGNOL EN 2010 ET 2011
RÉVISION À LA BAISSE DU PIB ESPAGNOL EN 2010 ET 2011

par Nigel Davies

MADRID (Reuters) - L'Espagne a revu en baisse les performances économiques qu'elle a réalisées en 2010 et 2011, montrent des statistiques officielles publiées lundi, ce qui pourrait compliquer la sortie de la récession, voire accroître le risque de voir Madrid solliciter une aide financière extérieure.

Le produit intérieur brut (PIB) de la quatrième économie de la zone euro s'est contracté de 0,3% en 2010 et n'a progressé que de 0,4% en 2011, selon les données révisées de l'institut officiel des statistiques INE.

Ces chiffres, inférieurs respectivement de 0,2 et 0,3 point de pourcentage à ceux publiés auparavant, ont provoqué un bref accès de faiblesse à la Bourse de Madrid, qui a ensuite effacé ses pertes.

Les analystes estiment toutefois que cette révision ne devrait pas avoir d'impact sur les prévisions officielles de PIB et de déficit public pour cette année, même si le consensus de marché risque de baisser.

"La seule révision que pourraient provoquer ces chiffres du PIB, c'est celle des prévisions des analystes privés", a déclaré Santiago Sanchez, économiste de l'université Carlos III de Madrid.

Le gouvernement conservateur de Mariano Rajoy avait porté en décembre, peu après son arrivée au pouvoir, sa prévision de déficit pour 2011 à 8% du PIB. En mai, il a estimé le déficit de l'an dernier à 8,9%.

Pour cette année, Madrid se fixe un objectif de 6,3% de déficit et s'attend à une contraction de 1,5% du PIB, des chiffres proches du consensus de marché.

Le Fonds monétaire international prévoit quant à lui une contraction de 1,7% de l'économie espagnole, retombée en récession au premier trimestre de cette année.

Les chiffres publiés lundi "ne modifient pas les perspectives globales pour l'Espagne mais constituent un motif de préoccupation supplémentaire dans le contexte actuel", note Tullia Bucco, économiste d'UniCredit.

Il précise toutefois qu'il sera important d'étudier sur quels trimestres ont majoritairement porté les révisions, ce qui pourrait fournir des indications plus claires sur l'évolution récente des perspectives de croissance.

Jeudi dernier, trois sources de la zone euro ont déclaré à Reuters que Madrid avait engagé des discussions avec ses partenaires sur les conditions d'un éventuel plan d'aide destiné à faire baisser ses coûts de financement, même si une décision sur une demande formelle n'avait pas été adoptée. Le gouvernement a réfuté ces informations vendredi.

L'Espagne a déjà conclu un accord en vue d'une aide extérieure susceptible d'atteindre 100 milliards d'euros pour ses banques, fragilisées par l'éclatement de la bulle immobilière.

L'INE explique que les nouveaux chiffres publiés lundi intègrent de nouvelles données structurelles et la réévaluation des chiffres préliminaires. Il précise que la révision de 2011 est due à des exportations moins fortes qu'initialement estimé.

La publication de ces chiffres précède celle, mardi, du PIB au deuxième trimestre, qui devrait confirmer une contraction de 0,4% par rapport aux trois premiers mois de l'année.

Avec Manolo Ruiz, Tangi Salaün et Marc Angrand pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • lelis le lundi 27 aout 2012 à 19:43

    Oups, correction : remplacer "liberté" par "vérité".

  • lelis le lundi 27 aout 2012 à 16:33

    On se fiche royalement de nous et de la liberté. Rien de neuf sans doute, mais ça semble pire que jamais. Allez trader long terme avec ça...

  • Karama7 le lundi 27 aout 2012 à 14:22

    Les chiffres ... Présentés à la hausse , révisé à la baisse ... Ils ne tombent jamais bon du premier coup , c'est dingue ça ...

Partenaires Taux