La croissance en zone euro s'améliore mais reste modeste

le
0
LA CROISSANCE EN ZONE EURO VA MIEUX MAIS RESTE MODESTE
LA CROISSANCE EN ZONE EURO VA MIEUX MAIS RESTE MODESTE

LONDRES (Reuters) - La croissance de l'activité des entreprises de la ZONE EURO s'est accélérée plus qu'attendu en mai mais reste modeste, un nouvel indice suggérant que le produit intérieur brut du deuxième trimestre ne sera pas aussi dynamique que celui du premier, montrent vendredi les résultats définitifs de l'enquête mensuelle Markit auprès des directeurs d'achats.

L'indice PMI composite de la région a atteint 53,1 en mai, dépassant l'estimation "flash" publiée le 23 mai et l'indice définitif de 53,0 du mois d'avril.

Il dépasse depuis la mi-2013 le seuil de 50 séparant contraction et expansion.

Le PMI du seul secteur des services est passé à 53,3 contre 53,1 en avril et en première estimation.

"Les résultats de l'enquête suggèrent une hausse de 0,3% du PIB au deuxième trimestre, donc que la poussée de croissance du début de l'année se révélera hélas de courte durée."

Le PIB de la zone euro a crû de 0,5% sur janvier-mars.

L'enquête Markit montre aussi que les entreprises ont continué de réduire leurs prix en mai, cette composante, à 49,3 après 48,3 en avril, restant inférieure à 50.

En ALLEMAGNE, la croissance du secteur privé s'est accélérée en mai pour atteindre son rythme le plus élevé depuis janvier, ce qui suggère que la vigueur de la première économie d'Europe en début d'année se prolongera au deuxième trimestre.

L'indice PMI composite, qui combine activité manufacturière et services, a augmenté, à 54,5 contre 53,6 en avril.

Ce chiffre est inférieur à l'estimation "flash" qui était à 54,7 mais il se maintient confortablement au-dessus du seuil de 50 qui sépare la contraction de la croissance.

L'indice des seuls services est en hausse également, à 55,2 en mai contre 54,5 en avril. Les sociétés de services ont continué à embaucher, avec un rythme de créations d'emploi à son plus haut niveau depuis le début de l'année.

Ces données suggèrent que la croissance de l'économie allemande pourrait être de 0,5% au deuxième trimestre, analyse Oliver Kolodseike, économiste de Markit, qui a qualifié ces résultats de "bons mais pas spectaculaires".

L'indice des nouveaux contrats a connu son rythme de croissance le plus lent des dix derniers mois, a-t-il noté.

La première estimation officielle donne une croissance du produit intérieur brut (PIB) à 0,7% pour le premier trimestre par rapport au trimestre précédent, contre 0,3% au quatrième trimestre 2015, ce qui conforte le rôle de l'Allemagne comme locomotive de la croissance en zone euro.

Le gouvernement allemand table sur une croissance du PIB de 1,7% en 2016, au même rythme que l'an dernier.

En FRANCE, l'activité dans le secteur des services a progressé en mai pour un deuxième mois consécutif, atteignant un plus haut de sept mois.

L'indice des services s'est établi à 51,6 le mois dernier après 50,6 en avril, se maintenant au-dessus du seuil de 50. Il a été révisé en légère baisse par rapport à la première estimation de 51,8 publiée le 23 mai.

L'indice composite, qui associe des éléments de l'indice des services et de celui du secteur manufacturier, dont l'activité s'est à nouveau contractée en mai, a progressé à 50,9 après 50,2 en avril.

En ITALIE, l'activité dans le secteur des services s'est contractée de manière inattendue en mai, pour la première fois depuis quasiment un an et demi.

L'indice PMI des services est tombé à 49,8 le mois dernier contre 52,1 en avril, alors que les économistes interrogés par Reuters s'attendaient à un recul limité à 51,5.

Cet indice n'était plus passé depuis décembre 2014 sous 50.

L'indice composite rassemblant les secteurs tertiaire et manufacturier est lui aussi tombé à un creux depuis décembre 2014, passant de 53,1 en avril à 50,8 en mai.

En ESPAGNE, la croissance est restée soutenue en mai dans le secteur des services, signe que la reprise économique devrait se poursuivre en Espagne malgré le ralentissement constaté dans le secteur manufacturier.

L'indice PMI des directeurs d'achat auprès des entreprises de services a progressé à 55,4 le mois dernier après 55,1 en avril. Il s'agit du rythme le plus rapide depuis novembre et d'un 31e mois consécutif de progression de l'activité dans le tertiaire.

La progression des nouveaux contrats a aussi accéléré en mai et les entreprises ont davantage embauché.

"Après les chiffres décevants du secteur manufacturier mercredi, ces indicateurs sur le secteur des services sont une sorte de soulagement", a réagi Andrew Harker, économiste chez Markit.

L'indice PMI manufacturier a reculé à 51,8 après 53,5 en avril en Espagne.

(Rédactions de Reuters)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant