La croissance du secteur privé marque le pas en zone euro

le
0
LA CROISSANCE AU SEIN DE LA ZONE EURO MARQUE LE PAS EN FÉVRIER
LA CROISSANCE AU SEIN DE LA ZONE EURO MARQUE LE PAS EN FÉVRIER

PARIS/BERLIN/LONDRES (Reuters) - La croissance au sein de la zone euro a été en février la plus faible en plus d'un an, l'activité tant dans les services que dans l'industrie manufacturière ayant été nettement plus faible que prévu, selon la version flash des indices PMI de Markit publiée lundi.

Cette enquête, qui montre également de nouveaux signes de baisse des prix, devrait conforter les attentes de nouvelles mesures de soutien à la croissance de la Banque centrale européenne (BCE) lors de sa prochaine réunion en mars.

"Cela va représenter une énorme déception vu l'importance du soutien apporté depuis un an. Les forces déflationnistes s'intensifient", a declaré Chris Willimason, économiste de Markit.

"A voir les indicateurs avancés (...) ils suggèrent qu'il va y avoir un nouveau ralentissement en mars, qui pourrait ramener la croissance du PIB à 0,2%", ajoute-t-il.

L'indice PMI composite calculé par Markit, qui intègre le secteur manufacturier et celui des services, est ressorti à 52,7 ce mois-ci dans sa version préliminaire, à son plus bas niveau en 13 mois, contre 53,6 en janvier et 53,3 attendu par le consensus des économistes.

L'indice PMI du secteur des services est tombé à un plus bas de 13 mois aussi, à 53,0 contre 53,6 en janvier et 53,3 attendu.

Celui du secteur manufacturier a reculé à 51,0, à un plus bas d'un an, après 52,3 le mois précédent et 52,0 attendu par le consensus des économistes.

Le sous-indice des entrées de commandes manufacturières est en recul à 51,6, un plus bas d'un an, contre 53,0 en janvier.

Le sous-indice des attentes des entrepreneurs dans les services a connu l'une de ses plus fortes baisses de son histoire, à 61,6 en février contre 65,1 en janvier.

RALENTISSEMENT EN ALLEMAGNE

En Allemagne, la croissance du secteur privé allemand a ralenti en février pour le deuxième mois consécutif, sous le coup notamment des exportations impactées par le ralentissement économique mondial, selon la version préliminaire de l'enquête PMI de Markit publiée lundi.

L'indice composite flash, qui mesure l'activité dans l'industrie et les services, a reculé à 53,8 contre 54,5 en janvier, tout en se maintenant pour le 34e mois consécutif au-dessus de la barre de 50 à partir de laquelle il rend compte d'une croissance.

Dans le secteur manufacturier, l'indice est tombé à 50,2, son plus bas niveau depuis novembre 2014, contre 52,3 en janvier et 52,0 attendu en moyenne par les économistes.

Les directeurs d'achat interrogés ont imputé ce coup de frein à un affaiblissement de la demande à l'international et à une quasi stagnation des commandes à l'export, signe que l'Allemagne commence à ressentir les répercussions du ralentissement économique mondial, note Chris Williamson, économiste chez Markit.

Dans les services en revanche, l'indice PMI a progressé à 55,1 contre 55,0 en janvier, dépassant le consensus qui était à 54,7.

Selon Chris Williamson, l'enquête de février ne modifie pas la prévision de Markit d'une croissance de 0,3% au premier trimestre mais ce chiffre pourrait descendre à 0,2% en cas de nouveau ralentissement des indices PMI en mars.

(Bureaux européens de Reuters, Juliette Rouillon, Véronique Tison et Yann Le Guernigou pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant