La croissance du secteur privé en zone euro s'affaiblit

le
1
    * L'indice PMI composite zone euro en baisse à 52,6 
    * Les PMI suggèrent une croissance de 0,3% au T3 selon 
Markit 
    * Graphique de l'évolution des PMI: http://link.reuters.com/vut72w 
    * Graphique des PMI par pays: http://link.reuters.com/suw32w 
 
    par Jonathan Cable 
    LONDRES, 5 octobre (Reuters) - La croissance de l'activité 
du secteur privé dans la zone euro a ralenti en septembre pour 
tomber à son plus bas niveau depuis le début 2015, montrent 
mercredi les résultats définitifs de l'enquête mensuelle Markit 
auprès des directeurs d'achats, une nouvelle preuve de 
l'affaiblissement de la croissance dans la région. 
    Les entreprises ont freiné leurs investissements face aux 
incertitudes sur les perspectives économiques et l'incertitude 
politique liée entre autres à la sortie annoncée de la 
Grande-Bretagne de l'Union européenne et aux élections 
françaises et allemandes de l'an prochain.  
    L'indice PMI composite de la zone euro est revenu à 52,6 en 
septembre, un chiffre correspondant à l'estimation "flash" 
publiée il y a deux semaines, après 52,9 en août, au plus bas 
depuis janvier 2015.  
    Il est supérieur depuis la mi-2013 au seuil de 50 séparant 
contraction et expansion de l'activité.  
    "Si les enquêtes PMI suggèrent que l'économie de la zone 
euro a continué de croître à un rythme de 0,3% au troisième 
trimestre, certains signes montrent que l'élan s'affaiblit", a 
déclaré Chris Williamson, chef économiste d'IHS Markit.  
    "Des quatre plus grands pays, seule la France montre des 
signes d'accélération de la tendance, alors que la croissance 
s'oriente à la baisse en Allemagne, en Italie et en Espagne." 
     
    LES PRIX ONT ARRÊTÉ DE BAISSER 
    Le PMI composite français a progressé à 52,7 après 51,9 en 
août alors que l'allemand reculait à 52,8 contre 53,3. 
    Consolation pour la Banque centrale européenne (BCE), qui 
peine à relancer la croissance et l'inflation, les entreprises 
ont maintenu des prix stables le mois dernier, cessant de les 
réduire pour la première fois depuis septembre 2015.  
    Le sous-indice des prix à la production, resté pendant cinq 
ans sous le seuil de 50, est ainsi remonté à ce seuil le mois 
dernier. 
    Le PMI des services de la zone euro a reculé à 52,2 après 
52,8 en août, juste au-dessus de l'estimation "flash" qui le 
donnait à 52,1 mais au plus bas depuis fin 2014. 
    Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en 
moyenne un indice des services à 52,1 et un indice composite à 
52,6. 
    Le ralentissement apparent de la croissance a pesé sur les 
recrutements, le sous-indice de l'emploi revenant à 52,0, un 
plus bas de cinq mois, après 52,4 le mois précédent. 
    En Grande-Bretagne, l'indice PMI des services a ralenti 
légèrement, à 52,6 contre 52,9 en août, lorsqu'il avait connu sa 
plus forte progression mensuelle depuis la création de cette 
enquête il y a vingt ans. 
    Le chiffre de septembre n'en est pas moins supérieur à la 
prévision médiane de 52,0 des économistes interrogés par Reuters 
et paraît confirmer que les effets tant redoutés du référendum 
du 23 juin sur l'économie britannique se font attendre. 
     
    Détail des résultats des enquêtes PMI nationales: 
   
        
 
 (avec les bureaux européens de Reuters; Marc Angrand pour le 
service français, édité par Wilfrid Exbrayat) 
  
 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • nanard83 il y a 9 mois

    SVP , citez-moi quelle partie du secteur PUBLIC peut générer de la croissance