La croissance du privé au plus haut depuis 4 ans en zone euro

le
2
LA CROISSANCE DU SECTEUR PRIVÉ EN ZONE EURO À UN PLUS HAUT
LA CROISSANCE DU SECTEUR PRIVÉ EN ZONE EURO À UN PLUS HAUT

PARIS/LONDRES/BERLIN (Reuters) - Le secteur privé de la zone euro a enregistré en juin sa croissance la plus marquée depuis quatre ans, montrent les premiers résultats des enquêtes PMI de juin, le signal le plus clair à ce jour que la reprise économique est désormais solidement installée.

Les chiffres pour la zone euro dans son ensemble confirment ceux publiés quelques minutes avant pour l'Allemagne et la France, les deux premières puissances économiques de la région, qui ont également attesté d'une croissance supérieure aux attentes.

L'amélioration de la conjoncture, intervenue malgré une nouvelle crispation, en voie de résolution, sur le dossier grec, devrait être bien accueillie par la Banque centrale européenne, qui a lancé en mars un programme d'assouplissement quantitatif censé soutenir la croissance et relancer l'inflation.

L'indice composite de Markit est ressorti en juin à 54,1 en version flash, au plus haut depuis mai 2011, contre 53,6 le mois dernier et un consensus Reuters de 53,5.

"En termes d'activité des entreprises, de demande et de créations d'emploi, la reprise est honorable et suggère un produit intérieur brut (PIB) en hausse de 0,4% au deuxième trimestre", estime Chris Williamson, économiste en chef chez Markit, le cabinet qui a mené les enquêtes.

Cela fait maintenant 24 mois que l'indice PMI composite est supérieur à la barre des 50 séparant croissance et contraction d'une activité.

Pour faire face à la demande, les entreprises ont continué d'embaucher, la composante de l'emploi remontant à 51,9 en juin, un niveau proche du pic de quatre ans de 52,3 atteint en mai.

L'indice pour le seul secteur des services, le principal contributeur au PIB, a également atteint un pic de quatre ans, à 54,4, contre 53,8 en mai et un consensus de 53,6.

L'indice PMI du secteur manufacturier s'est pour sa part établi à 52,5, au plus haut depuis plus d'un an, contre 52,2 en mai. Les économistes avaient anticipé un chiffre inchangé.

Les entreprises ont continué de baisser leurs prix pour décrocher de nouvelles affaires en juin, la composante les mesurant étant revenue à 49,0 contre 49,3 en mai.

(Sumanta Dey, Jean-Baptiste Vey, Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Marc Angrand)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • crcri87 le mardi 23 juin 2015 à 11:12

    Il serait intéressant d'avoir les chiffres d'augmentation EUROPE et FRANCE.Cela nous permettrait de nous situer.

  • pascalcs le mardi 23 juin 2015 à 10:53

    PMI en hausse et baisse des prix pour obtenir des nouveaux contrats. Tout est dit. Environnement de surproduction, comme aux US avec augmentation massive des inventaires et des stocks à très probablement constater lorsqu'on aura les données. La belle croissance bien saine que voilà!