La croissance du PIB chinois au plus bas depuis 2009

le
0

(Avec précisions, contexte, analyste) par Jake Spring et Xiaoyi Shao PEKIN, 21 octobre (Reuters) - L'économie chinoise a crû au troisième trimestre 2014 à son rythme le plus faible depuis près de six ans, nouvelle illustration du ralentissement progressif de la deuxième économie mondiale. Alors que l'essoufflement du secteur immobilier pèse sur le secteur manufacturier et l'investissement, la croissance du produit intérieur brut (PIB) n'a été que de 7,3% en rythme annuel de juillet à septembre, selon le Bureau national des statistiques, après 7,5% au deuxième trimestre. La Chine n'avait pas connu un chiffre aussi bas depuis les 6,6% du premier trimestre 2009, lorsqu'elle avait subi le contre-coup de la crise financière mondiale, ce qui pourrait selon les analystes ouvrir la porte à de nouvelles mesures de soutien à l'économie, voire à une baisse des taux d'intérêt. La croissance du PIB a néanmoins été légèrement supérieure au consensus des économistes interrogés par Reuters, qui tablaient sur +7,2%. Ce chiffre fait écho aux propos du Premier ministre chinois Li Keqiang, qui n'a eu de cesse de répéter ces derniers mois que l'économie chinoise ne subirait pas de "coup d'arrêt brutal" et que Pékin s'accommoderait d'une croissance plus faible. "Le PIB est plus élevé qu'attendu. Nous pensons que cela pourrait s'expliquer par une croissance meilleure que prévu dans le secteur des services", a commenté Wang Tao, analyste pour UBS à Hong Kong. LA PRODUCTION INDUSTRIELLE REBONDIT "Le maillon faible de l'économie chinoise reste le secteur immobilier. Le gouvernement a récemment assoupli certaines règles restreignant la propriété individuelle et les ventes pourraient donc rebondir au quatrième trimestre. D'un autre côté, nous ne devrions pas voir d'amélioration dans des secteurs comme l'industrie lourde et nous nous attendons par conséquent à ce que l'économie continue à ralentir", a-t-il ajouté. La croissance de l'économie chinoise a également ralenti d'un trimestre sur l'autre à 1,9%, contre +2,0% au deuxième trimestre et un consensus de +1,8%. Les autres statistiques publiées mardi ont montré un rebond de la production industrielle, avec une augmentation de 8,0% sur un an en septembre après un plus bas de six ans en août (+6,9%). Ce chiffre est supérieur à la moyenne des anticipations des économistes interrogés par Reuters (+7,5%). Les investissements en actifs fixes en zones urbaines ont en revanche été plus faibles qu'attendu, avec une hausse de 16,1% sur les neuf premiers mois de l'année contre +16,5% sur les huit premiers mois et un consensus de +16,3%. Chiffre décevant également pour les ventes au détail, qui ont augmenté de 11,6% sur un an en septembre, après +11,9% en août. Les économistes attendaient en moyenne +11,8%. (Tangi Salaün pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant