La croissance du Japon au T3 dépasse les attentes

le
0
 (Actualisé avec précision, commentaire, réaction des marchés) 
    TOKYO, 14 novembre (Reuters) - La croissance japonaise a 
dépassé les attentes sur la période de juillet à septembre, 
soutenue par les exportations et signant le troisième trimestre 
consécutif d'expansion de la troisième économie au monde. 
    La demande intérieure, qui reste faible, laisse cependant 
planer un doute sur la solidité de la reprise. 
    Le produit intérieur brut (PIB) japonais a progressé à un 
rythme annualisé de 2,2% au troisième trimestre, bien au-dessus 
du taux de 0,9% anticipé par les marchés, montrent les 
statistiques publiées lundi par le gouvernement.  
    Le trimestre précédent, l'économie avait crû de 0,7%. 
    Ces chiffres soulignent toutefois la dépendance du Japon à 
l'égard des exportations et l'activité intérieure reste faible à 
l'heure où le commerce mondial est fragilisé par l'incertitude 
provoquée par l'élection de Donald Trump à la présidence des 
Etats-Unis. 
    Si les exportations ont augmenté de 2%, leur progression la 
plus marqué depuis un an, la consommation des ménages, qui 
représente près de 60% du PIB, n'a progressé que de 0,1%, comme 
au deuxième trimestre, signe que la politique de relance du 
Premier ministre Shinzo Abe tarde à stimuler la demande 
intérieure. 
    Le gouverneur de la Banque du Japon, Haruhiko Kuroda, a 
maintenu ses prévisions économiques optimistes mais a souligné 
cependant que la consommation des ménages "manque quelque peu 
d'élan", ce qui explique que certaines entreprises hésitent à 
relever leurs prix. 
    Dans ce contexte, l'inflation pourrait mettre plus de temps 
à atteindre l'objectif de 2% défini par la Banque du Japon 
(BoJ). 
    Autre signe inquiétant, les dépenses d'investissement, une 
composante de première importance du PIB, n'ont pas bougé après 
avoir reculé de 0,1% au trimestre précédent. 
    "Les exportations ont repris mais la consommation des 
ménages et les dépenses d'investissement restent faibles", 
résume Hidenobu Tokuda, économiste de Mizuho.  
    "L'économie n'est pas aussi forte que le chiffre de 2,2% 
pourrait le suggérer", ajoute-t-il, en faisant valoir les 
risques que représentent le ralentissement de l'économie 
chinoise et la politique commerciale de Donald Trump. 
    La Bourse de Tokyo, portée en outre par un affaiblissement 
du yen favorisant les valeurs exportatrices, a terminé lundi en 
hausse de 1,71% après la publication des chiffres de la 
croissance.   
     
 
 (Tetsushi Kajimoto et Leika Kihara,; Julie Carriat et Patrick 
Vignal pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant