La croissance des marchés actions viendra des pays émergents

le
0
Frédéric Leroux, macro-économiste et gérant chez Carmignac Gestion, parie sur les marchés émergents pour profiter du rebond à venir, prévu à partir du premier semestre 2009.

Après l’annonce de l’Etat d’injecter 10,5 milliards d’euros dans les grandes banques françaises, les valeurs bancaires ont tenu le haut de l’affiche à la Bourse de Paris hier, après avoir été si longtemps malmenées. Les banques sont-elles si dépendantes de l’Etat ?

Frédéric Leroux : Les valeurs bancaires reprennent de la vigueur parce que l’injection de liquidités par l’Etat supprime les rumeurs d’augmentation de capital comme il y a pu en avoir les jours précédents. Les banques rebondissent car cette intervention assure leur survie. En revanche, il ne faudrait pas que ces aides d’Etat, nécessaires aujourd’hui, deviennent demain des freins à la liberté des banques.

Malgré les divers plans pour sauver le secteur bancaire et la détente des taux de refinancement, le marché interbancaire peine à se rétablir. Quelle peut-être la solution ?

F. L. : Il n’y a que le temps qui pourra rétablir la confiance sur les marchés interbancaires. Comme avait dit Franklin Roosevelt en 1933 concernant les plans de sauvetage suite à la crise de 29 « on vous a donné la boite à outils maintenant il suffit de l’utiliser », tout a été fait pour que les choses n’empirent pas, même si la confiance revient plus lentement qu’elle ne disparaît. La différence entre la situation actuelle et celle de 1929, c’est que nous avons pris le taureau par les cornes relativement vite. Nous avons appris beaucoup du passé.

Aujourd’hui nous passons d’une crise financière à une crise économique, avec toutes les craintes concernant l’ampleur de la récession. Les marchés ont-ils intégré selon vous ce thème de récession ?

F. L. : La première chose qu’il faudrait c’est que les analystes intègrent cette perspective de récession dans leurs prévisions de résultats ! Les bénéfices me semblent largement gonflés. Aujourd’hui nous sommes en train de connaître un point bas sur la reconnaissance définitive des effets de la crise financière. Nous aurons un rebond suivi d’une période de profit warning, qui entraînera une autre phase de baisse sur les marchés actions. Nous devrions vivre le point bas au cours du premier semestre 2009. Il faut noter que par rapport à l’économie réelle les marchés actions ont déjà beaucoup d’avance. Le premier semestre 2009 sera encore difficile mais nous y verrons également de véritables opportunités.

Le pétrole a énormément baissé ces derniers mois pour s’afficher vers les 70 dollars le baril, contre 140 dollars en juillet. Cette baisse peut évidemment être un facteur de soutien à l’économie. Quelles sont les perspectives sur le pétrole ?

F. L. : Cette baisse est un très important soutien dans une perspective de court-moyen terme. Elle peut amortir une part des effets récessifs de la reconstitution du taux d’épargne au détriment de la consommation. Mais la demande des pays émergents reste forte et les contraintes d’offres également. Je pense que d’ici deux trois les craintes que nous avons connu sur la hausse des matières premières devraient revenir.

Dans ce contexte, que conseillez-vous à vos clients. Comment faut-il se positionner pour profiter du rebond à venir ?

F. L. : C’est difficile de dire aujourd’hui de se renforcer sur les marchés. Ceux qui ne sont pas trop exposés au marché actions peuvent investir dans des produits diversifiés. Il faut tenir compte de la différence entre les fondamentaux des pays développés et ceux des pays émergents. Ces derniers n’ont en général pas à subir de déleverage, n’ont pas un système bancaire dévasté. C’est par les pays émergents que la croissance des marchés boursiers repartira. Se repositionner sur les marchés actions passe donc par un investissement progressif dans cette thématique.

Quels sont les secteurs qui permettent de jouer la thématique émergente ?

F. L. : Nous pouvons jouer le secteur des infrastructures et les thématiques qui peuvent bénéficier de la dynamisation de la demande interne en Chine.

Propos recueillis par Lucie Morlot


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant