La croissance des dividendes dans le monde est masquée par la forte hausse du dollar

le
0

(NEWSManagers.com) -

Les dividendes versés aux actionnaires dans le monde ont baissé en 2015 de 2,2%, la hausse du dollar masquant une croissance solide dans de nombreux pays, selon la dernière édition du rapport de l'Indice Henderson des dividendes mondiaux (HGDI). A l'échelle internationale, les dividendes totaux ont ainsi atteint 1150 milliards de dollars US en 2015, soit une augmentation de 9,9% des dividendes sous-jacents (après ajustement des effets de change et d'autres facteurs). Le dollar US s'est principalement apprécié au cours du premier semestre, ce qui signifie que la croissance des dividendes est devenue de plus en plus visible en cours d'année. Les dividendes totaux ont augmenté de 4,6% au cours du quatrième trimestre et les dividendes sous-jacents de 12,1%. Le HGDI a terminé l'année à 157,7 contre 161,3 à la fin de l'année 2014.

La hausse du dollar US a entraîné une baisse de neuf points de pourcentage du taux de croissance annuel des dividendes totaux, ce qui correspond à une baisse de 104 milliards de dollars US au cours de l'année. L'effet de change a été dix fois plus important qu'en 2014 et le plus élevé jamais enregistré par le HGDI. L'impact de la solidité du dollar US a affecté toutes les régions mais a été le plus marqué, en termes de valorisations, en Europe, où les mesures d'assouplissement quantitatif ont conduit à une forte baisse du taux de change. Dans le reste du monde, la Russie, le Brésil et l'Australie ont également été fortement affectés, leurs devises chutant fortement tout comme le cours des matières premières dont leurs exportations dépendent.La croissance des dividendes sous-jacents des pays développés a été encourageante, effets de change et facteurs techniques mis à part. Elle a été menée par le Japon, où la croissance a été si rapide qu'elle a plus que compensé la faiblesse du Yen. Toyota Motors, qui a versé les dividendes les plus élevés au Japon, est un excellent exemple de la façon dont les sociétés japonaises augmentent les dividendes payés à leurs actionnaires, la société augmentant ses dividendes en Yen de 29% en 2015. La croissance spectaculaire de 19,2% des dividendes sous-jacents s'est traduite par une progression de 5,2% des dividendes totaux. L'Australie et le Canada font également partie des plus gros payeurs de dividendes au monde, leurs dividendes sous-jacents ont enregistré des progressions à deux chiffres mais leurs dividendes totaux ont diminué, leurs devises chutant face au dollar US.Les dividendes nord-américains ont atteint un nouveau niveau historique en 2015, les dividendes totaux augmentant de 12,1% pour atteindre 440,4 milliards de dollars US. Les dividendes sous-jacents ont progressé de 10,2%. Les sociétés américaines ont versé 50 milliards de dollars US de dividendes de plus en 2015 qu'au titre de l'année précédente. L'indice HGDI des Etats-Unis a atteint 200 à la fin de 2015, ce qui signifie que les dividendes ont doublé depuis 2009.L'Europe, hors Royaume-Uni, a vu ses dividendes chuter de 12,2% à 204,5 milliards d'euros " en raison d'un effet de change spectaculaire" . L'impact de la solidité du dollar a été " le plus marqué en Europe, où les mesures d'assouplissement quantitatif ont conduit à une forte baisse de l'euro" , relève l'étude Henderson. Mais la France a bien tiré son épingle du jeu, en décrochant le titre de " plus gros payeur de dividendes" en Europe hors Royaume-Uni, grâce au versement de 47 milliards de dollars, en dépit d'une baisse de 15,8% par rapport à 2014. Mais le pays ne compte aucun groupe dans les 20 principaux payeurs mondiaux, alors que le géant pétrolier Total y figurait en 17e position en 2014. Le Royaume-Uni reste un gros contributeur même si le pays " a réalisé des résultats médiocres par rapport aux autres pays développés" avec une chute de 21,7% des dividendes totaux à 107,1 milliards.Les dividendes devraient dépasser 1.170 milliards de dollars US en 2016, soit une hausse de 1,6% des dividendes totaux et de 3,3% des dividendes sous-jacents. " Le dollar US ne devrait pas enregistrer une nouvelle hausse spectaculaire, ce qui devrait permettre à la croissance des dividendes sous-jacents de s'étendre sur bon nombre de régions" , note l'étude. Par ailleurs, 2016 devrait être une année difficile pour le Royaume-Uni et les pays émergents, le Royaume-Uni ayant été fortement touché par la baisse des dividendes des sociétés minières.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant