La croissance de retour pour de bon en Europe

le
9
LA CROISSANCE DE RETOUR POUR DE BON EN EUROPE
LA CROISSANCE DE RETOUR POUR DE BON EN EUROPE

par Ross Finley

LONDRES (Reuters) - La zone euro a probablement enregistré au premier trimestre une croissance solide qui, pour une fois, la placera devant les Etats-Unis et confirmera sa meilleure santé après cinq années de stagnation ou de récession.

Eurostat, l'agence de statistiques de la Commission européenne, publiera mercredi l'estimation préliminaire du produit intérieur brut dans la zone euro.

Les économistes interrogés par Reuters attendent en moyenne un chiffre de +0,5%, d'autant plus impressionnant que les Etats-Unis ont probablement connu sur la période une légère contraction, très temporaire toutefois.

Une croissance de 0,5% serait même supérieure aux performances du Royaume-Uni, pourtant habitué à faire la course en tête en Europe ces dernières années.

Au quatrième trimestre de l'an dernier, la croissance a été de 0,3% dans les 19 pays de la zone euro.

Sur un an, le PIB est attendu en hausse de 1,1% sur janvier-mars, après +0,9% au trimestre précédent.

Cette accélération risque de relancer le débat sur le bien-fondé du programme de rachat d'actifs lancé en mars par la Banque centrale européenne, que certains jugent inutile compte tenu de la solidité de la reprise en cours.

En Allemagne, où les réserves sur la politique d'assouplissement quantitatif de la BCE sont les plus vives, la croissance est également attendue à 0,5%, mais cela marquerait un ralentissement par rapport au chiffre de 0,7% d'octobre-décembre.

FACTEURS FAVORABLES

La France, à la traîne ces dernières années, devrait quant à elle avoir connu une croissance de 0,4% après +0,1% au quatrième trimestre.

Même l'Italie devrait avoir renoué avec une croissance modeste, le consensus donnant une progression de 0,2% du PIB après la stagnation des trois mois précédents.

La France publiera ses données à 07h30, suivie à 08h00 par l'Allemagne et à 10h00 par l'Italie. L'estimation d'Eurostat pour l'ensemble de la zone euro tombera à 11h00.

Mis à part le feuilleton de la dette grecque, dont l'issue n'est toujours pas connue, les économistes s'accordent à dire que la région bénéficie d'une conjonction de facteurs favorables en plus de la politique monétaire généreuse de la BCE.

"Cette reprise est soutenue par cinq moteurs sous-jacents : (1) une demande externe plus forte ; (2) des conditions financières plus souples ; (3) la fin de l'austérité budgétaire ; (4) la baisse de l'euro ; et (5) les prix du pétrole plus bas", résumait Huw Pill, de Goldman Sachs, dans une note récente.

Ces différents facteurs ont amené la semaine dernière la Commission européenne à revoir en hausse ses prévisions de croissance pour l'ensemble de l'année. Elle table désormais sur une hausse de 1,5% du PIB de la zone euro en 2015, soit 0,2 point de plus que dans ses prévisions de février.

(Véronique Tison pour le service français, édité par Marc Angrand)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • nanolyon le lundi 11 mai 2015 à 10:58

    C'est sur que la croissance des années Sarkozy nous manque... Mais elle était tirée par un déficit de 7 à 8% du PIB. Alors, pas sur.

  • pichou59 le lundi 11 mai 2015 à 10:42

    l'info vient de mocovici et de sapin; c'est du tout bon

  • olef31 le lundi 11 mai 2015 à 10:40

    Désolé !!! Mais ce sont de très mauvais chiffres. Pour la France, n'en parlons pas..... c'est catastrophique. Merci la gauche française. Cette très légèfre croissance n'est tirée que grâce à la baisse de l'euro conjugué avec la baisse du pétrole et des taux très bas. Mais tout cela n'est que cyclique et ne devrait pas durer. Et que ce passera t'il ensuite....quand tout remontera ????

  • mfouche2 le lundi 11 mai 2015 à 10:38

    Précisez ...sauf en France le pays de la fonction publique .

  • M128267 le lundi 11 mai 2015 à 10:36

    Croissance? Du chaumage oui !!!! Pour le reste ? C'est à prouver ou fantomatique.

  • nicog le lundi 11 mai 2015 à 10:29

    Croissance française à comparer à l'Allemagne et à UK. Si la France ne profite pas de la baisse de l'Euro, du pétrole et des taux d'intérêts, c'est à pleurer.

  • Pierusan le lundi 11 mai 2015 à 10:27

    Bonne nouvelle...dont la BCE tirera peut-être argument pour mener une politique monétaire un peu moins ambitieuse : qu'en penseront les marchés ?

  • CP1871 le lundi 11 mai 2015 à 10:22

    à force de le dire, les moutons vont peut-être le croire....

  • pascalcs le lundi 11 mai 2015 à 10:22

    Cette fois ci c'est la bonne! Juré, promis, si je mens je vais en enfer. On a déjà entendu la musique pour les US. Là aussi la croissance était robuste, on a vu la suite...