La croissance de la zone euro sera plus lente que prévu-Buba

le
0

FRANCFORT, 18 août (Reuters) - L'économie de la zone euro devrait croître à un rythme plus lent que ce qui était initialement prévu pour le restant de l'année, les tensions géopolitiques en Ukraine et ailleurs sapant la confiance des entreprises, a déclaré lundi la Bundesbank. La croissance du bloc monétaire a stagné contre toute attente au deuxième trimestre, en raison à la fois d'une contraction en Allemagne et d'une expansion nulle en France, provoquant des appels en direction de la Banque centrale européenne pour qu'elle soutienne davantage l'économie. ID:nL6N0QK1AB "Après la stagnation au deuxième trimestre, la zone euro cherche à redémarrer, mais pas au rythme que prédisaient au printemps beaucoup d'analystes", écrit la banque centrale allemande dans son rapport mensuel. "Les tensions géopolitiques en Europe de l'Est liées au conflit ukrainien ainsi que dans d'autres parties du monde semblent désormais peser plus lourdement sur le sentiment des entreprises." Les sanctions européennes à l'encontre de Moscou et les mesures prises en représailles par la Russie ont notamment pénalisé le sentiment, souligne la banque fédérale allemande, tout en notant que les obstacles au commerce ne concerneraient directement qu'une portion des exportations de l'Union. Les investisseurs sont particulièrement inquiets par l'annonce de la contraction de l'économie allemande, perçue comme la locomotive du bloc monétaire. La Bundesbank ne se montre guère optimiste pour les perspectives du deuxième semestre et souligne la détérioration des perspectives économiques. "Les indicateurs actuels jettent une ombre sur la base sur laquelle les prévisions du printemps ont été élaborées, en particulier sur le fait que les tendances allaient s'améliorer davantage encore au cours de la deuxième partie de 2014", dit la Bundesbank. "Toutefois, la détérioration du sentiment part d'un niveau élevé, ce qui, conjugué au fait que la demande intérieure reste globalement haussière, laisse penser que l'économie ne changera pas de direction." (Eva Taylor, Nicolas Delame pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant