La croissance confirmée à 3% au 4e trimestre aux Etats-Unis

le
0

WASHINGTON (Reuters) - La croissance du produit intérieur brut (PIB) américain a été confirmée au quatrième trimestre 2011 à 3,0% en rythme annuel, son taux le plus élevé depuis le deuxième trimestre 2010, d'après l'estimation définitive publiée jeudi par le département du Commerce.

Les économistes interrogés par Reuters s'attendaient à une croissance de 3,0%, comme en deuxième estimation, après +2,8% en première estimation et une expansion de 1,8% sur la période juillet-septembre.

Après ces chiffres de croissance et, surtout, une baisse moins marquée que prévu des inscriptions hebdomadaires au chômage, les contrats sur indices à Wall Street et les cours du pétrole accentuaient leur repli, qui reste toutefois léger.

Les données définitives des trois derniers mois de 2011 sont pourtant caractérisées par une révision en nette hausse des revenus des ménages, ce qui est de bon augure pour la consommation du trimestre en cours.

Les revenus disponibles des ménages sont de 10,6 milliards de dollars supérieurs à ce qui avait été précédemment estimé, ce qui est apparemment la conséquence d'une amélioration du marché du travail enregistrée ces derniers mois.

Autre signe suggérant que la situation s'améliore pour les travailleurs: la hausse des bénéfices après impôt des entreprises est beaucoup moins marquée que prévu au qautrième trimestre, à +1,1% contre +2,6% anticipés par les économistes. Au trimestre précédent, ces bénéfices avaient augmenté 2,7%.

Le ralentissement de l'accumulation des bénéfices est notamment le fait d'une augmentation des coûts du travail induite par une accélération des embauches.

PIB VU EN HAUSSE DE 2% AU PREMIER TRIMESTRE 2012

Ben Bernanke, président de la Réserve fédérale, avait déclaré lundi que la croissance de l'économie américaine devrait s'accélérer pour que les créations d'emplois fassent reculer davantage le taux de chômage, passé de 9,1% l'été dernier à 8,3% en février.

Sans dire que de nouvelles mesures de soutien à l'économie étaient sur la table, il avait également dit que la Fed gardait ouvertes toutes ses options.

Les déclarations de Ben Bernanke interviennent après quelques indicateurs macro-économiques, notamment dans le secteur de l'immobilier, suggérant que la dynamique de reprise de l'économie américaine était en voie d'essoufflement au cours de la deuxième partie du premier trimestre 2012.

L'augmentation du PIB pour les trois premiers mois de l'année est anticipée à environ 2%, l'activité n'étant plus soutenue par le phénomène de restockage qui a caractérisé les entreprises sur le quatrième trimestre 2011.

Ce phénomène a en effet ajouté 1,81 point de pourcentage au PIB sur la fin de 2011. Hors stocks, la croissance américaine a été confirmée à 1,1% au quatrième trimestre 2011 contre +3,2% au trimestre précédent.

Pour le trimestre en cours, l'envolée des prix de l'essence, évolution qui commence à occuper une place centrale dans la campagne présidentielle, constitue une importante inconnue pour la prévision du PIB.

La croissance de l'investissement des entreprises en biens d'équipement a été revue en nette hausse, de +2,8% à +5,2%, après +15,7% au troisième trimestre.

L'augmentation de la consommation des ménages, qui représente environ 70% de l'activité globale dans la première économie du monde, a été confirmée à 2,1% sur octobre-décembre après +1,7% au trimestre précédent.

Lucia Mutikani; Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant