La croissance au point mort au 2e trimestre, «décevant» reconnaît Bercy

le , mis à jour à 08:45
1
La croissance au point mort au 2e trimestre, «décevant» reconnaît Bercy
La croissance au point mort au 2e trimestre, «décevant» reconnaît Bercy

Après un bon premier trimestre, revisé à la hausse à 0,7% contre 0,6%, la croissance française s'est nettement ralentie au deuxième trimestre 2016. Alors que le PIB était attendu en hausse de 0,3%, il est resté stable à 0% selon l'Insee. Si pour Bercy ce chiffre est «décevant», il ne remet pas en cause «la prévision de croissance de 1,5% en 2016», a souligné le ministère des Finances.   

 

Selon Bercy, ce mauvais chiffre s'explique «avant tout par la croissance exceptionnelle du 1er trimestre, mais également par des effets ponctuels au 2e trimestre, notamment les grèves dans les raffineries qui ont pesé sur la production» mais «l'économie française reste sur une dynamique de reprise.» 

 

 

Dans le détail, les dépenses de consommation des ménages ont stagné après un premier trimestre dynamique (0,0 % après +1,2 %). Les dépenses ralentissent tant en biens (0,0 % après +1,5 %) qu'en services (-0,1 % après +0,7 %). «La consommation en biens fabriqués est stable (0,0 % après +2,3 %) : les dépenses en équipement du logement demeurent soutenues tandis que les achats d'automobiles s'infléchissent. La consommation alimentaire recule nettement (-0,7 % après +0,4 %).» Selon l'Insee, le repli de la consommation des ménages s'explique après le contrecoup des achats des billets de l'Euro 2016 de football au premier trimestre et d'un infléchissement des dépenses en hébergement-restauration. 

 

Pour les entreprises, le recul est aussi sensible. «Au deuxième trimestre 2016, la production totale de biens et services baisse légèrement (-0,2 % après +0,7 %). La production de biens manufacturés recule nettement (-1,0 % après 0,0 %) du fait principalement de la chute de la production dans les raffineries, affectées par des mouvements sociaux en mai et juin. La production se replie également dans la construction (-0,6 % après +0,3 %). Dans les services marchands, elle se stabilise (0,0 % ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • cben il y a 11 mois

    Il est temps que le pays fasse des réformes (30 ans qu'on attend ça..)..