La croissance américaine presque nulle au 1er trimestre

le
17
L'ÉCONOMIE AMÉRICAINE FAIT DU SURPLACE
L'ÉCONOMIE AMÉRICAINE FAIT DU SURPLACE

par Lucia Mutikani

WASHINGTON (Reuters) - L'économie américaine a fait du surplace au premier trimestre, avec une croissance limitée à 0,1%, soit la progression la plus faible du produit intérieur brut depuis le dernier trimestre 2012, mais l'activité économique semble dans les faits déjà repartir.

Ce chiffre annualisé de 0,1%, qui est une première estimation, est nettement inférieur aux prévisions des économistes, qui attendaient 1,2%, et contraste avec le dernier trimestre 2013, marqué par une croissance de 2,6%.

Wall Street n'a que peu réagi à cet indicateur, ouvrant sans grand changement. Le dollar a, lui, reculé et les Treasuries ont vu leurs cours monter et leurs rendements fléchir.

Un hiver extrêmement froid et une moindre accumulation de stocks par les entreprises expliquent en grande partie ce chiffre du PIB. L'hiver rigoureux que viennent de vivre les Etats-Unis a eu des conséquences néfastes sur de nombreuses composantes de l'économie comme les investissements des entreprises ou la construction.

Les exportations ont décliné de 7,6% au premier trimestre 2014, leur plus forte chute en cinq ans, après avoir progressé de 9,5% au dernier trimestre 2013.

Les entreprises avaient reconstitué leurs stocks à hauteur de 111,7 milliards de dollars au dernier trimestre 2013 mais seulement à hauteur de 87,4 milliards au premier trimestre, un plus bas depuis le deuxième trimestre 2013.

Les économistes estiment que la météo, les stocks et le commerce extérieur ont amputé la croissance de 1,4 point et s'attendent à voir le PIB reprendre très vite sa marche en avant. "Ce ralentissement ne se prolongera pas au deuxième trimestre", estime ainsi Gus Faucher, économiste en chef chez PNC Financial Services à Pittsburgh.

Quant aux dépenses de consommation, si elles ont augmenté à un rythme sans précédent depuis le deuxième trimestre 2000 pour les services, elles ont en revanche fortement ralenti pour les biens, conséquence là encore d'un hiver polaire.

REDÉMARRAGE EN VUE

Les chiffres publiés mercredi par le département du Commerce interviennent à quelques heures de la fin d'une réunion de deux jours de la Réserve fédérale, qui doit faire connaître ses décisions de politique monétaire vers 18h00 GMT.

Le brutal ralentissement de la croissance au premier trimestre pourrait compliquer la tâche de la banque centrale américaine, qui devrait annoncer la poursuite de sa stratégie de décélération de sa politique d'assouplissement quantitatif (QE).

Le coup de frein pour le PIB ne devrait cependant pas durer, plusieurs indicateurs suggérant le retour à une croissance forte vers la fin du trimestre.

Les créations d'emplois dans le secteur privé aux Etats-Unis ont ainsi augmenté au mois d'avril, au nombre de 220.000 contre 209.000 en mars, selon les statistiques publiés mercredi par le cabinet spécialisé ADP.

Mark Zandi, économiste chez Moody's Analytics, estime que ce chiffre pourrait être révisé à la hausse, l'économie américaine ayant redémarré vers la fin du trimestre après ses soucis liés au climat.

"Je pense que nous aurons une bonne surprise", a-t-il dit. "Le marché du travail est plus stable et en expansion".

Mark Zandi voit même les Etats-Unis renouer avec le plein emploi d'ici deux ans et demi à trois ans.

(Lucia Mutikani, Patrick Vignal pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • olive2a le vendredi 30 mai 2014 à 11:41

    update: 2nd estimation -0,5%....pour finir à -1%... 1 mois plus tard !!!

  • lerou05 le vendredi 2 mai 2014 à 16:25

    Ou bien carrément nous acheter nos lingots et nous allons acheter nous mêmes notre machine.

  • lerou05 le vendredi 2 mai 2014 à 16:24

    Monsieur/MadameProche collaborateur du gérant d'une coopérative minière, je suis chargé de rechercher un homme ayant la capacité financière de prendre en charge l'achat des machines d'extraction du "métal OR" contre la valeur équivalente et même légèrement au dessus de la valeur, la quantité en lingots d'or pur déjà groupés en morceaux de 1,5kg chacun.Si vous êtes intéressé par cette échange, je vous prie de nous écrire: coop.afrique.richesses@live.fr pour avoir plus de détails.

  • M9435767 le mercredi 30 avr 2014 à 17:50

    Le calcul du PIB américain a été modifié en juillet 2013 avec la prise en compte des richesses immatérielles estimées à 3 %.Vous pouvez donc soustraire 3% DU PIB juillet 2013-juillet 2014 pour avoir un niveau de comparaison fiable par rapport à l'exercice précédent

  • lsasport le mercredi 30 avr 2014 à 17:14

    et en septembre on nous dira, selon les besoins, qu'il y a eu un été trop doux pour le pib (avec une chute des ventes de creme glacée), ou trop chaud ce qui les a endormi et empeché de consommer.D'ailleurs dans la version précédent de l'article ils écrivaient exactement le contraire sur les stocks...

  • koskas7 le mercredi 30 avr 2014 à 16:57

    Bien sur que le froid extrême fait baisser le PIB ! Bande de clown. Vous avez étudié l'économie au cirque Bouglione ou quoi !!

  • olive2a le mercredi 30 avr 2014 à 16:39

    heureusement qu'il ne sont pas endettés, que les taux sont positifs et que la déflation ne menace pas....Cash is King!

  • r.espic le mercredi 30 avr 2014 à 16:25

    En général, le froid fait monter le PIB (Consommation d'énergie, vêtements, alimentation, .....).

  • y.batard le mercredi 30 avr 2014 à 16:10

    mince, comment cela se fait ? ils ont du avoir une fin d'hiver et un début de printemps qui a fortement impacté l'économie, ou alors, il y a eu beaucoup de vent ... (motifs météorologiques classiques de WS lorsqu'ils sont à court de mensonges)

  • M4630859 le mercredi 30 avr 2014 à 16:08

    La dernière fois, on nous a expliqué que le froid avez fait monter le PIB à cause des dépenses dans l'énergie.

Partenaires Taux