La croissance allemande à un plus haut de 3 ans au 1er trimestre

le
5
LA CROISSANCE ALLEMANDE À UN PLUS HAUT DE 3 ANS AU 1ER TRIMESTRE
LA CROISSANCE ALLEMANDE À UN PLUS HAUT DE 3 ANS AU 1ER TRIMESTRE

par Annika Breidthardt

BERLIN (Reuters) - Des investissements et des dépenses de consommation soutenus ont permis à l'Allemagne de connaître au premier trimestre sa croissance économique la plus forte en trois ans.

L'Office fédéral de la statistique a confirmé une précédente estimation de 0,8% de croissance CVS d'un trimestre sur l'autre et de 2,5% en rythme annualisé. Il confirme également, par là-même, un doublement de la croissance en base trimestrielle par rapport au taux de 0,4% enregistré au dernier trimestre de 2014.

Mais cette croissance a également tiré parti d'un élément ponctuel, à savoir un hiver particulièrement clément, et les économistes pensent qu'elle ralentira par la suite, un diagnostic que paraît confirmer l'indice Ifo du climat des affaires publié comme le PIB ce vendredi.

Cet indice est tombé en mai à son niveau le plus bas de l'année, ressortant à 110,4 contre 111,2 en avril et contre 110,9 attendu.

"Une pause est survenue dans l'économie allemande en mai", a commenté le président de l'Ifo Hans-Werner Sinn.

Le recul de l'indice, dû pour partie aux répercussions de la crise ukrainienne, a dit Klaus Wohlrabe, économiste de l'Ifo, a envoyé l'euro à un plus bas de trois mois contre le dollar.

Les sous-indices mesurant l'évaluation que font les entreprises de la situation actuelle et de celle à venir ont tous deux fléchi.

"Les chiffres du jour envoient deux messages: pour l'instant, l'économie allemande continue de faire cavalier seul, au moins dans la zone euro", dit Carsten Brzeski (ING), ajoutant toutefois qu'aucune économie "n'est invincible éternellement".

IMPULSION INTÉRIEURE

Les exportations, moteur traditionnel de la croissance outre-Rhin, ont calé en raison de la mauvaise conjoncture des partenaires commerciaux du pays, et ont contribué au contraire à la freiner.

"L'impulsion positive est uniquement intérieure au pays, pour ce qui concerne la comparaison d'un trimestre à l'autre", explique l'Office de la statistique.

La demande intérieure a ajouté 1,7 point et la consommation privée 0,4 point au PIB, tandis que le commerce extérieur en a au contraire retranché 0,9.

L'investissement productif a augmenté de 3,3%, le pourcentage le plus élevé en trois ans et demi, tandis que l'investissement dans le bâtiment a progressé de 3,6%, soit la progression trimestrielle la plus soutenue en trois ans.

L'Allemagne confirme son statut de locomotive économique de la zone euro, dont le PIB total représente 9.500 milliards d'euros mais dont la croissance s'est limitée à 0,2% au premier trimestre, suivant des données encore provisoires.

Mais dans la mesure où certains pays comme l'Espagne, soumise au régime sec pour améliorer sa compétitivité, tendent à redresser la barre, certains économistes pensent que l'Allemagne en tirera profit pour son commerce extérieur.

"Nous pensons que les exportations vont gagner en rythme elles aussi. Le reste de la zone euro ne va plus aussi mal", dit Holger Sandte (Nordea). Sa banque, ajoute-t-il, relèvera sa prévision de croissance du PIB allemand pour 2014, la portant de 1,8% à 2,0%.

Le gouvernement allemand compte que la demande intérieure permette une croissance de 1,8% cette année et le ministre des Finances Wolfgang Schäuble a déclaré que l'évolution de l'économie laissait prévoit une accélération de l'activité généralisée.

(Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Marc Joanny)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bistou le vendredi 23 mai 2014 à 12:25

    Tiens, le GROS POUF vient d'avaler de travers !!!

  • nicog le vendredi 23 mai 2014 à 09:56

    Les poli-ticiens Allds protègent leur industrie Automobile. Les poli-ticiens français, eux, l'ont détruite (permis, radars, Taxes, malus, péages autoroutes, ...). Bravo Messieurs, continuez ainsi !

  • mucius le vendredi 23 mai 2014 à 09:40

    Hollande considéré comme le pire dirigeant mondial selon les investisseurs internationaux. Il a pourtant été élu brillamment en 2012 par les électeurs français qui se considèrent comme le phare du monde. http://www.contrepoints.org/2014/05/23/166834-hollande-pire-dirigeant-de-la-planete-aux-yeux-des-investisseurs-mondiaux Moins fiable que Poutine! http://www.welt.de/finanzen/article127930003/Finanzprofis-fuerchten-Hollande-mehr-als-Putin.html

  • lorant21 le vendredi 23 mai 2014 à 09:06

    Ouahhh.. l'Allemagne est vraiment un repoussoir... beurkk.. cette réussite est vraiment abominable. Seule la politique de F.Hollande est la bonne... 'joke).

  • glbt38 le vendredi 23 mai 2014 à 09:01

    Tous les chiffres de nos voisins montrent les nuisances de la politique des socialistes de François Hollande pour la France.