« La croissance accélère en France, la bourse va-t-elle suivre ? » (Cercle des économistes)

le , mis à jour à 17:41
25

La bourse française peut-elle encore croître malgré les incertitudes sur les perspectives de Wall Street ? Oui, explique Jean-Paul Betbeze.
La bourse française peut-elle encore croître malgré les incertitudes sur les perspectives de Wall Street ? Oui, explique Jean-Paul Betbeze.

En jugeant dimanche 8 mai « probable » une révision à la hausse des prévisions de croissance de Bruxelles pour la France, le commissaire européen Pierre Moscovici s’est montré plutôt optimiste. Jean-Paul Betbeze explique pourquoi la bourse devrait suivre, et à quelles conditions.

A priori oui : il est temps de « rattraper » ! Depuis 2008, la bourse américaine a gagné plus de 50 %, comme l’allemande, alors que la bourse française a perdu 10%. On comprend donc pourquoi les investisseurs étrangers vendent en 2015 la bourse française et achètent des bons du trésor français, même s’ils rapportent peu. On comprend aussi pourquoi les Français épargnent plus, mais en compte bancaire. Les dépôts à vue ont augmenté de 13% sur un an.

Mais pour « rattraper », il faut que les profits montent. Plus précisément même, il faut savoir comment les investisseurs vont imaginer leur évolution. Si la majorité pense que les profits vont encore monter – parce que le ralentissement fait serrer les dépenses (investissements, salaires, frais généraux et frais financiers) –, alors la bourse repart. Les investisseurs achètent ces titres «  bradés » ou « massacrés », avant que la reprise ne se manifeste. Quelques années après, quand elle sera installée, ils se diront que les profits ne vont plus monter, en tout cas plus autant. Ils vendent. Moralité : la bourse monte plus tôt et baisse plus tôt que l’activité.

Mais c’était peut-être « avant ». Regardons les Etats-Unis. La bourse va-t-elle y faiblir, entraînant les autres, dont la nôtre ? C’est la question : la bourse américaine est au plus haut, continue d’avancer, mais inquiète. Les investisseurs savent que sa hausse vient largement de la Banque Centrale américaine. Si la Fed n’avait pas, vite, baissé ses taux courts à 0%, puis acheté des bons d’Etat pour faire baisser les taux longs, les valeurs des banques et des compagnies d’assurance, puis de l’immobilier, puis des sociétés cotées ne seraient pas où elles sont. La politique monétaire du quantitative easing a été très boursière.

Et aujourd’hui, les Etats-Unis continuent de croître, mais plus lentement. Les pressions montent pour que les taux d’intérêts y augmentent. Les taux longs sont repartis à la hausse. Surtout, cette reprise économique est très particulière : l’une des plus longues d’après-guerre, c’est aussi une des plus modestes. Une des plus fragiles ?

Le cycle des affaires est peut-être en train de changer. La reprise est plus longue, et plus modérée. La question est de savoir si les profits continueront à croître, autrement dit si les salaires évolueront lentement, avec ce nouveau « plein emploi » qui vient des services de proximité. Pour l’heure, c’est le message qui vient des Etats-Unis et d’Allemagne. Avec des politiques monétaires très longtemps accommodantes, le cycle boursier pourrait accompagner plus longtemps ce nouveau cycle des affaires.

Ceci conduit en France à une double exigence : comprendre cette économie d’après crise, avec (peut-être) son nouveau cycle, en profiter surtout pour avoir des politiques fiscales (baisses de l’IS) et sociales (flexibilité) favorables à la profitabilité des entreprises, donc à la leur valorisation. Il n’est pas trop tard.

Jean-Paul Betbeze

Jean-Paul Betbeze est membre du Cercle des économistes et Président-Fondateur de Betbeze Conseil.

Le Cercle des économistes a été créé en 1992 avec pour objectif ambitieux de nourrir le débat économique. Grâce à la diversité des opinions de ses 30 membres, tous universitaires assurant ou ayant assuré des fonctions publiques ou privées, le Cercle des économistes est aujourd’hui un acteur reconnu du monde économique. Le succès de l’initiative repose sur une conviction commune : l’importance d’un débat ouvert, attentif aux faits et à la rigueur des analyses. Retrouvez tous les rendez-vous du Cercle des économistes sur leur site.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jmlhomme il y a 7 mois

    Jusqu'à la FIN d'intervention de la BCE..... la bourse montera. Elle a déclaré etre prete à "tout".... mais ensuite c'est comme les USA le difficile c'est le retrait en douceur..... Pendant ce temps toujours plus de dettes partout à tout niveau.

  • gjr il y a 7 mois

    L'économiste du Crédit Agricole lol

  • pcolmart il y a 7 mois

    Je suis étonné des propos de ce Mr pourtant réputé. Il compare un indice (le CAC) dividendes non réinvestis avec un autre (le DAX) qui l'est...

  • M6738712 il y a 7 mois

    si moscovici se montre optimiste, y a du souci à se faire........j'vous le dis

  • guerber3 il y a 7 mois

    Il veut parler de la croissance du chômage ou du nombre de fonctionnaires ???

  • Growjons il y a 7 mois

    si ma tante en avait ca serait mon oncle

  • s.mario3 il y a 7 mois

    pas vraiment le cas pour l'instant... on sous performe les US alors que les résus des boites sont meilleurs que là-bas et que le différentiel de croissance s'est resséré...

  • jpoche il y a 7 mois

    p'tête bien qu'oui, p'tête bien qu'non... super analyse...

  • trebi il y a 7 mois

    Dans cette logique économique où l'on voit que l'intérêt des entreprises et on omet l'intérêt des ménages, on exclue sciemment certaines variables. Et cela limite le poids du raisonnement. Car comment peut on avoir une croissance si les ménages, dont les salariés sont un gros pourcentage, sont mis dans la précarité et que leur pouvoir d'achat diminue et qu'ils ne peuvent plus emprunter ?

  • AND.KOTE il y a 7 mois

    Pas de macons au cercle des economistes ils sont trop nuls