La Croatie efface les dettes de 60.000 démunis

le
0
La Croatie efface les dettes de 60.000 démunis
La Croatie efface les dettes de 60.000 démunis

Voilà un cadeau qu'ils n'osaient espérer... Et pourtant : environ 60.000 personnes vont voir leurs dettes effacées par le gouvernement croate qui affirme vouloir venir en aide aux plus démunis. Même si la mesure est dénoncée par l'opposition conservatrice de ce pays frappé depuis plus de six ans par une récession économique, qui y voit une stratégie «électoraliste».

Certes, cette mesure équivaut à une bouée de sauvetage pour les plus pauvres, mais son étendue est bien limitée car elle porte sur un effort financier d'environ 46 millions qui ne représente que 0,1% du PIB de la Croatie, dernier pays à avoir rejoint l'Union européenne.

Quelque 60.000 personnes pourront bénéficier de cette mesure adoptée à la mi-janvier par le gouvernement de centre-gauche à la popularité décroissante, alors que des élections législatives sont prévues à la fin de l'année. Elle consiste à effacer les dettes des personnes en difficulté, endettées à hauteur de 4.500 euros, auprès d'entreprises publiques, d'opérateurs de téléphonie et de banques.

«C'est une mesure sociale dont nous sommes fiers», a déclaré le Premier ministre Zoran Milanovic. «C'est exceptionnel. Le système ne pourra pas constamment reposer sur ce genre de solution. Mais nous faisons tout ce qui est possible pour faciliter la vie des gens dans cette crise longue et épuisante», a-t-il ajouté.

Cette disposition concerne également les personnes ou les familles les plus démunies, qui touchent déjà des allocations sociales. Elle s'appliquera à ceux dont les revenus mensuels ne dépassent pas 325 euros, ainsi qu'aux familles dont les revenus cumulés ne dépassent pas 160 euros pour chacun de leurs membres. Le salaire mensuel moyen en Croatie, pays de 4,2 millions d'habitants qui a adhéré en 2013 à l'UE, était en octobre de 737 euros, alors que le chômage touche 19,2% de la population active.

«De la poussière aux yeux de l'opinion»

Pour sa part, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant