La crise syrienne place Obama en position délicate 

le
0
De nombreuses voix s'élèvent pour dénoncer l'attentisme du président des États-Unis face à la répression exercée par Damas.

À New York

Combien de temps Barack Obama peut-il encore maintenir sa passivité face à la répression du mouvement de contestation populaire menée par le régime de Bachar el-Assad? Les options en Syrie de la Maison-Blanche restent limitées, mais en même temps les critiques sont de plus en plus virulentes à son égard. Après l'explosion du mouvement populaire dans le pays ces derniers jours et les massacres de vendredi, Washington a publié un communiqué appelant à l'arrêt immédiat du «recours révoltant à la violence pour lutter contre les manifestations». Mais Barack Obama a choisi de ne pas s'exprimer à la télévision et il n'appelle pas au départ de Bachar el-Assad.

Le dossier syrien est pour lui l'un des plus délicats de la région. D'abord, l'Administration Obama ne voit pas d'alternative crédible à Bachar el-Assad et continue de croire qu'il est capable de faire des réformes. L'habile leader syrien alterne, presque systématiquement depuis quelques semain

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant