La crise syrienne attise le feu qui couve au Liban

le
0
La capture d'un Libanais par les insurgés syriens a déclenché une vague d'enlèvements en représailles au pays du Cèdre.

Le Liban sur un volcan. L'enlèvement, mercredi, de vingt Syriens - et d'un Turc - dans des zones sous le contrôle du Hezbollah souligne la précarité du pays, alors que pro et anti-Assad se déchirent dans la Syrie voisine. Selon un scénario rodé, rumeurs alarmistes et désinformation, relayées par les télévisions locales, ont envahi Beyrouth tandis que la route de l'aéroport était une nouvelle fois fermée mercredi.

La «crise des otages», comme l'ont déjà baptisée les médias libanais, a débuté lundi en Syrie lorsqu'Hassan al-Mouqdad, «sniper à la solde de Damas», selon ses ravisseurs, est kidnappé par des hommes se réclamant de l'Armée syrienne libre (ASL). Hassan, citoyen libanais, mais aussi - et surtout - rejeton du clan al-Mouqdad, est issu d'une puissante famille chiite, proche du Hezbollah pro-Assad, versée dans la contrebande et qui se targue de posséder son propre bras armé.

Pas question de laisser passer l'affront. «Pour libérer (son) frère», le

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant