La crise stimule l'envie d'agir " responsable"

le
0
(NEWSManagers.com) -
A l' occasion de la semaine de l' ISR, BNP Paribas a demandé à TNS Sofres d' analyser les attentes du grand public vis-à-vis de la finance responsable sur trois de ses marchés domestiques (2100 personnes interrogées en France, Belgique et Italie du 23 août au 3 septembre 2010).
L'enquête indique notamment que 75% des personnes interrogées s' impliquent fortement sur les sujets de développement durable, 56 % d' entre eux allant jusqu' à jouer un rôle de conseiller actif sur le sujet auprès de leur entourage.

En outre, la crise est perçue par le grand public comme une opportunité pour remettre en cause ses valeurs et ses façons de vivre (72%), et une incitation à " faire bouger les choses afin de ne pas laisser à nos enfants un monde pire que celui d' aujourd' hui " , en particulier pour la population française (72%) et belge (75%).
Parmi les leviers d' actions identifiés, les personnes interrogées privilégient des actions individuelles, ayant un résultat concret, immédiat comme la pratique de gestes responsables au quotidien (84%), l' achat de produits conçus de manière " responsable " (76%) ou encore l' aide aux personnes dans le besoin (69%).

Investir une partie de son épargne dans des actions d' entreprises ayant un comportement exemplaire, est perçu comme un levier d' action efficace par les actionnaires individuels qui le placent au troisième rang, alors que la population globale le place au septième rang des dix leviers d' action proposés.

Les particuliers placent au premier rang des critères de choix d' un placement sa sécurité (92%) et tout de suite après (85%) le fait d' investir dans des entreprises n' ayant pas un comportement néfaste, que ce soit dans le domaine social (respect des droits de l' homme, égalité hommes/femmes, emploi,?) ou environnemental. La recherche de rentabilité se situe loin derrière puisqu' elle n' arrive qu' au huitième rang parmi les critères cités.

Enfin, confirmation d'une observation déjà maintes fois formulée, la familiarité avec les placements responsables reste à construire, particulièrement en France où seules 33% des personnes interrogées estiment qu' il est facile de s' informer sur le sujet contre 50% pour les Italiens et 55% pour les Belges. Même si les banques apparaissent comme la première source d'information sur les produits responsables, la finance responsable a encore du pain sur la planche?

info NEWSManagers

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant