La crise précipitée par l'indécision des Européens

le
0
Plus longue sera la résolution de la crise grecque, plus le risque de contagion sera élevé, préviennent les analystes. La situation pourrait encore empirer avant de provoquer un sursaut à Bruxelles, prévoient-ils.

L'indécision et les désaccords au sommet de l'Europe entraînent l'Italie dans la crise. Les ministres des Finances de la zone euro, réunis lundi, ont échoué à présenter une solution prête à l'emploi pour résoudre la crise, ce qui a accéléré les attaques des marchés à l'encontre de l'Italie. Ils devaient toutefois continuer à négocier une solution pour la Grèce ce mardi lors d'une réunion du Conseil Ecofin à Bruxelles. Le pistolet sur la tempe, insistent les analystes.

Le taux d'intérêt italien à 10 ans a atteint ce mardi matin la barre symbolique des 6%. Une première depuis 1997. Celui de l'Espagne a dépassé ce seuil dès lundi. «Ces niveaux supérieurs à 6% sont considérés comme trop élevés pour que ces États continuent à lever des fonds sur les marchés», soulignent les économistes de Nomura. Dans ce contexte, le ministre italien des Finances, Giulio Tremonti, a quitté précipitamment Bruxelles mardi matin. «Je rentre à Rome pour boucler mon pl

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant