La crise pèse toujours sur le «budget soldes» des Français

le
1
Selon les sondages, les consommateurs prévoient de dépenser entre 190 et 223 euros en moyenne, contre 259 euros l'année dernière. Un Français sur cinq se privera tout simplement de soldes.

Le budget des Français reste sous contrainte. Après s'être déjà serré la ceinture lors des soldes d'hiver, les consommateurs prévoient de récidiver pour ceux d'été. Le coup d'envoi des soldes a été donné ce mercredi matin à 8 heures dans un contexte plutôt morose. Pour 55% des Français, le «gros de la crise» reste à venir, ce qui les pousse à acheter moins, y compris en période de soldes, relève un sondage Ipsos/Logica * réalisé pour le Conseil national des centres commerciaux (CNCC). Sur l'ensemble de l'année, 37% d'entre eux entendent rogner sur leurs achats en raison de la crise, contre 23% en 2011. Résultat: le budget alloué aux soldes s'en ressent fortement. S'il reste élevé, à 223 euros en moyenne (selon Ipsos), il est néanmoins inférieur de près de 14% à celui de l'année dernière (259 euros). De son côté, l'Ifop est plus pessimiste. Selon l'institut de sondage, qui a réalisé une étude pour le site de e-commerce Spartoo.com **, les Français ne dépenseront que 190 euros en moyenne cet été, un budget en baisse de près de 40 euros -soit 17%- par rapport aux soldes d'hiver (229 euros).

«Une baisse qui peut néanmoins aussi s'expliquer par le fait que les vêtements et les chaussures d'été sont souvent moins chers que ceux de l'hiver», commente l'Ifop. «En effet, on peut difficilement comparer le prix d'une botte à celui d'une tong.» Toujours est-il que, selon les professionnels, le contexte économique pèse toujours sur les comportements d'achat. Un Français sur cinq se privera tout simplement de soldes faute de budget. Pour les autres, ils sont 67% à affirmer qu'ils achèteront en priorité des produits dont ils ont un besoin immédiat, contre 54% à l'été 2011. Une mauvaise nouvelle pour les enseignes, en particulier dans l'habillement, qui ont un stock important à écouler. «Les difficultés rencontrées par les commerçants cette saison ont été causées par deux facteurs principaux, une météo défavorable et une campagne électorale habituellement anxiogène minant la confiance du consommateur», explique Jean-Michel Silberstein, délégué général du CNCC. «Il y a fort à parier que les remises devraient être extraordinairement importantes dès le premier jour», ce mercredi.

Carton plein prévu sur Internet

De nombreux secteurs attendaient avec impatience ce rendez-vous. La mode et l'habillement, tout d'abord, qui a subi une année noire en 2011. Les ventes de vêtements ont en effet reculé de 2,1 % l'an dernier, pour la quatrième année consécutive. L'ameublement, ensuite, n'a pas intérêt à ce que les Français ne boudent les soldes. Si le secteur a bien résisté en 2011, grâce aux ventes soutenues de cuisine, il prévoit une année 2012 plus difficile, alors que la construction de logements montre des signes d'essoufflement. En outre, selon une étude de l'Institut de prospectives et d'études de l'ameublement (IPEA), 48,5% des Français n'achètent leurs meubles qu'en soldes ou en promotion. Difficile donc pour le secteur de faire l'impasse sur les prochaines semaines.

Pour attirer le chaland, les commerçants ne misent pas que sur les coups de rabais. À Paris, les grands magasins BHV et Galeries Lafayette avaient prévu d'étendre leurs horaires d'ouverture en soirée pendant les soldes, mais ont été obligés d'y renoncer suite à une décision de justice. Il y a six mois, l'ancien ministre de la Consommation, Frédéric Lefebvre, avait milité - en vain - pour l'ouverture dominicale des magasins pendant les soldes. Loin de ces considérations horaires, Internet fera encore le plein d'adeptes du shopping cet été. Parmi ceux qui ont l'intention de faire les soldes, une large majorité (68%) prévoit de réaliser ses achats sur les sites d'e-commerce, selon Ipsos.

* Enquête réalisée par Internet du 6 au 8 juin auprès de 1011 personnes représentatives de la population française âgée de 16 ans et plus.

** Sondage réalisé du 5 au 7 juin auprès d'un échantillon de 1010 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

LIRE AUSSI:

» Pendant les soldes, attention aux arnaques sur les garanties

» Pas d'ouverture jusqu'à minuit pour le lancement des soldes

» Crise et météo rendent les soldes incertains

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Beluga95 le mercredi 27 juin 2012 à 23:02

    La crise pese sur tous les budgets, les soldes ne sont qu'un point de détail !