La crise pèse sur l'élection américaine

le
0
Beaucoup, dans la classe moyenne durement affectée par le ralentissement de l'économie, s'inquiètent pour l'avenir et s'avouent déçus par Obama.

Correspondante à Washington

À Rockville, dans la banlieue de Washington, Barbara, belle femme noire de 45 ans, vêtue d'un pantalon sombre et d'une élégante tunique blanche, vient tout juste de garer sa voiture et se dirige d'un pas chaloupé vers un magasin Goodwill. Cette chaîne commerciale «à orientation sociale», alimentée par des dons de particuliers et d'ONG, offre aux personnes en difficulté mille et une marchandises de seconde main que les donateurs viennent déposer en voiture dans un hangar attenant. Pulls à 3 dollars, casseroles et chaussures à 5 dollars, robes de mariées en satin blanc à 29 dollars, batteries de cuisine... «Avant, je venais ici pour faire des dons, maintenant, je viens acheter», lance Barbara, un peu amère. Elle évoque le temps, «pas si lointain», où elle se considérait comme «membre de la classe moyenne». «Je le suis toujours un peu car j'ai la chance d'avoir un mari qui travaille. De plus, nous n'avons pas perdu notre mais

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant