La crise limite l'impact des jours fériés sur la croissance

le
0
L'Insee estime que les ponts de mai et autres jours fériés pourraient avoir un impact négatif de 0,1 point sur la croissance du PIB entre 2012 et 2013. Selon les économistes, toutefois, les périodes chômées sont moins néfastes dans un contexte de production industrielle en berne.

Les ponts vont s'enchaîner ce mois-ci, avec le mercredi 1er mai, le 8 mai doublé du jeudi de l'Ascension (9 mai), et le lundi de Pentecôte (20 mai). Un calendrier de rêve pour les Français, qui avaient été privés de ces jours fériés tombés les weekends en 2010 et 2011. Moins pour l'économie qui se voit dépouillée de plusieurs jours d'activité. «Un jour travaillé de moins représente moins de production et moins de consommation», explique Dominique Barbet, économiste chez BNP Paribas. Plus généreuse en jours fériés en semaine que 2011, l'année 2012 avait bénéficié de l'effet «29 février». Ce ne sera pas le cas en 2013, qui comptera 251 jours travaillés en semaine (lundi-vendredi), soit ...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant