La crise entre l'Arabie saoudite et l'Iran contamine la région

le
0
La crise entre l'Arabie saoudite et l'Iran contamine la région
La crise entre l'Arabie saoudite et l'Iran contamine la région

La communauté internationale s'inquiète de plus en plus de l'aggravation de la crise entre l'Iran et l'Arabie saoudite, qui s'est étendue ce ce mardi avec la décision du Koweït de rappeler son ambassadeur à Téhéran.

Les relations entre le Royaume saoudien et la République d'Iran se sont tendues depuis l'exécution le samedi 2 janvier en Arabie du chef religieux chiite saoudien Nimr al-Nimr. Des manifestants ont alors saccagé et partiellement détruit l'ambassade saoudienne de Téhéran, ce à quoi le royaume a répondu par une rupture des relations diplomatiques. 

Cinq pays arabes coupent leurs relations avec l'Iran

Voisin et allié traditionnel de Ryad, le Koweït est devenu le cinquième pays arabe à rompre ou à réduire ses relations avec l'Iran, après l'Arabie, les Emirats arabes unis, le Soudan et Bahreïn.

Ce dernier a aussi suspendu toutes les liaisons aériennes avec l'Iran, suivant ainsi l'exemple de l'Arabie saoudite. Tous protestent contre les attaques contre les missions diplomatiques saoudiennes en Iran.

L'Iran minimise, l'Arabie réfléchit aux suites à donner

De son côté, Téhéran a minimisé l'effet des annonces de l'Arabie et de ses alliés arabes, affirmant que c'est Ryad qui pâtirait le plus de la situation.

La chaîne de télévision saoudienne El-Akhbariya a annoncé ce mardi que tous les membres de la mission diplomatique saoudienne en poste en Iran avaient regagné Ryad. Le Conseil de coopération du Golfe (CCG), qui réunit les six monarchies de la région et dont seul Oman n'a pas réagi aux événements, a convoqué une réunion extraordinaire de ses chefs de la diplomatie samedi à Ryad pour discuter «des conséquences de l'attaque» contre les représentations saoudiennes en Iran. 

Les ministres arabes des Affaires étrangères doivent se réunir dimanche au Caire à ce sujet. Le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu a quant à lui proposé l'aide de son pays pour «apaiser» les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant