La crise du logement neuf s'aggrave en France

le
2
Les ventes de logements neufs par les promoteurs ont chuté de 14,4% à fin mars. Les mises en chantier ont pour leur part plongé de 22,5% de février à avril.

Mauvaise nouvelle pour le nouveau gouvernement: la crise du logement neuf s'aggrave avec une chute des ventes et un plongeon des mises en chantier, sans perspective d'amélioration à brève échéance au regard du nombre également en repli des permis de construire accordés.

Selon les chiffres publiés par le ministère du Logement, les ventes de logements neufs par les promoteurs ont chuté de 14,4% sur un an au premier trimestre 2012.

Les mises en chantier ont pour leur part plongé de 22,5% pour la période février-avril, comparée aux trois mêmes mois de 2011. Le recul est moins sévère sur le front des permis de construire, mais le nombre de permis accordé accuse tout de même un repli de 2,0% sur les deux mêmes périodes.

«Le plongeon s'accentue. Plus aucun segment du marché n'y échappe. Après le secteur individuel, c'est le collectif qui est touché, aussi bien pour le privé que pour le social», explique à l'AFP Michel Mouillart, professeur d'économie à l'Université Paris-Ouest et expert du secteur.

Les mises en chantier ont diminué de près de moitié entre décembre et avril. Devant l'ampleur du phénomène, Michel Mouillart révise à la baisse sa prévision pour 2012: il n'en attend plus que 320.000 à 340.000 (contre 345.000 à 350.000 précédemment). Un tel niveau serait le plus bas depuis 2004, à l'exception de la catastrophique année 2009 (299.913).

«L'objectif de 500.000 logements neufs par an (ndlr, affiché par François Hollande pendant la campagne présidentielle) est mal parti pour 2013 et les années suivantes à moins qu'il y ait des décisions rapides sur les stratégies à mettre en oeuvre en matière d'aide au logement», estime Michel Mouillart.

Le dispositif fiscal «Scellier», destiné aux investisseurs achetant des logements neufs pour les louer, sera bien supprimé comme prévu «au plus tard» le 31 décembre 2012, a confirmé hier la ministre du Logement Cécile Duflot au président de la Fédération française du bâtiment (FFB) Didier Ridoret.

Le prix au m2 toujours en hausse

En 2008, alors que les ventes des promoteurs s'étaient effondrées de 40% en raison de la crise mondiale, le gouvernement avait mis en place un taux de réduction d'impôt dit «Scellier», soit 25% du prix d'achat étalé sur neuf ans. Les promoteurs admettent désormais qu'il avait été «calibré trop haut».

La conjoncture et le «coup de rabot» sur le «Scellier», avec un taux ramené à 13% cette année, ont incité de nombreux promoteurs à fortement ralentir le lancement de nouveaux programmes et le dépôt de permis de construire en raison de la chute des ventes.

«Même si nous n'avons pas de stock de logements à vendre, nous nous adoptons en ne lançant pas ou en réduisant la taille de certains programmes», confie à l'AFP Mathias Bertojo, directeur général du promoteur Spirit.

Seulement 19.600 logements neufs ont été vendus par les promoteurs pendant le premier trimestre de 2012. Le pourcentage officiel de baisse (14,4%) est toutefois moindre que celui de 25% avancé le 10 mai par la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI).

«Seule une baisse des prix d'offre pourra, sur les marchés tendus, permettre désormais de réenclencher la marche en avant de la première accession» à la propriété, écrit Gilbert Emont, dans un livre «Logement: pronostic vital engagé» à paraître en juin (Editions Economica).

Mais les prix continuent d'augmenter: au premier trimestre, le prix moyen au mètre carré des logements collectifs neufs affiche une hausse de 1,7% sur un an. Il s'est aussi accru de 2,9% dans le secteur individuel, selon le ministère.

(avec AFP)

SERVICE:

» Retrouvez toutes les annonces immobilières avec Explorimmo

SUIVEZ LE FIGARO IMMOBILIER SUR:

» Twitter: @LeFigaro_Immo

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • loco93 le mercredi 30 mai 2012 à 14:37

    Il faut que le contribuable de base continue de servir de vache à lait aux acteurs de l'immo mais aussi aux banques, aux assurances, à l'Etat (frais de mutation...) en achetant leur nid douillet au plus haut, encore plus haut, de plus en plus haut? ça suffit là, il est temps que de reprendre la main et de pouvoir négocier une cuisine tout neuf avant de signer, comme au bon vieux temps! et pour ceux qui continuent d'acheter à tout prix, c'est bon d'être un pigeon!

  • M1081167 le mercredi 30 mai 2012 à 11:41

    Y A PLUS DE CLIENTS MAIS LES PRIX MONTENT !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!c'est jusqu'à quand cette fanfaronade ?