La crise du bitcoin, ou les failles de l'auto-régulation

le
0
La crise du bitcoin, ou les failles de l'auto-régulation
La crise du bitcoin, ou les failles de l'auto-régulation

La crise qui frappe le bitcoin a mis au jour les failles béantes de la régulation de cette monnaie virtuelle tout en confortant les doutes sur sa viabilité, selon des analystes interrogés par l'AFP.L'étincelle a été allumée par la fermeture récente de la plateforme d'échanges japonaise MtGox, qui a fait plonger la valeur du bitcoin et fait frémir les investisseurs à travers le globe.La fermeture de MtGox "est un échec cuisant pour la communauté du bitcoin", assène Mark Williams, expert à l'université de Boston et critique de longue date de la monnaie virtuelle."Cela révèle ses failles structurelles et cela montre que l'auto-régulation ne fonctionne pas. Quand il y a beaucoup d'argent sur la table il y une forte incitation à la fraude et 100% des consommateurs sont en danger", dit-il à l'AFP.Le sénateur démocrate américain Tom Carper, qui dirige une commission sur la sécurité intérieure au Congrès, a lui aussi insisté sur les dangers de laisser prospérer le bitcoin sans régulation adéquate."C'est un rappel des dommages que des acteurs financiers mal régulés et mal équipés peuvent causer à des clients peu méfiants", a-t-il dit dans un communiqué, alors que quelque 300 millions de dollars en bitcoins gérés par MtGox restent introuvables.Créé en 2009, le bitcoin s'échange de gré à gré sur des plateformes d'échanges en ligne hors de toute supervision des autorités.Confrontée à sa première crise d'envergure, cette monnaie virtuelle doit à présent regagner d'urgence la confiance des investisseurs, estime Henry Farrell, professeur d'économie politique à Washington."Si les gens se mettent à paniquer et à penser que c'est le signe de problèmes plus profonds dans le système du bitcoin, cela pourrait être l'équivalent (à l'échelle du bitcoin) de la crise financière" de 2007-2008, explique-t-il.Selon cet expert, un mouvement de panique qui "s'auto-alimente" ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant