La crise dope la consommation collaborative

le
6
4,9 millions d'internautes français ont consulté chaque mois entre janvier et mars 2014 l'un des dix sites de e-commerce collaboratif les plus populaires en France que sont, entre autres, alittlemarket, Airbnb, ou encore Vestiaire collective
4,9 millions d'internautes français ont consulté chaque mois entre janvier et mars 2014 l'un des dix sites de e-commerce collaboratif les plus populaires en France que sont, entre autres, alittlemarket, Airbnb, ou encore Vestiaire collective

La crise économique que nous traversons depuis 2008 aurait-elle du bon ? On le sait, c'est bien souvent lorsqu'elles sont dos au mur que les civilisations évoluent. Et force est de constater que face aux défis engendrés par le contexte économique actuel, les Français ont su trouver de nouvelles manières de consommer durable et moins cher, grâce notamment à l'essor des nouvelles technologies. En effet, les produits et les services peuvent désormais s'échanger et se facturer en pair-à-pair (via un réseau), comme le prouvent les succès d'eBay, leboncoin, ou plus récemment de blablacar, qui réalisait le 2 juillet dernier une levée de fonds de 73 millions de dollars pour étendre son activité. Selon les chiffres de la Fevad (Fédération e-commerce et vente à distance), 4,9 millions d'internautes français ont consulté chaque mois entre janvier et mars 2014 l'un des dix sites de e-commerce collaboratif les plus populaires en France que sont, entre autres, alittlemarket, Airbnb, ou encore Vestiaire collective. "Qui aurait cru il y a encore quelques années que les gens accepteraient de troquer leurs affaires ou leurs services avec de parfaits inconnus ?" s'étonne encore Rachel Bostman, coauteur américaine de What's Mine Is Yours : The Rise of Collaborative Consumption. Et de poursuivre : "La technologie réinstaure les habitudes d'échanges et de services inhérentes aux villages, telles que les ont connues les générations précédentes, mais...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • stricot le lundi 4 aout 2014 à 11:37

    (suite) Avec le troc, retour de la loi du plus fort pour assurer sa survie? Merci le Point pour un article d'une grande profondeur.

  • stricot le lundi 4 aout 2014 à 11:36

    Un article qui commence par "On le sait, c'est bien souvent lorsqu'elles sont dos au mur que les civilisations évoluent" ne peut être qu'excellent. Ca parle troc, prix malins, faire trembler Wall-Street, "alternative au capitalisme et à l'économie planifiée". Ce stagiaire d'été enthousiaste oublie que les retraites ne sont pas payées par le troc, ni le système de sécurité sociale, ni le chômage ou les allocations familiales, ni le système éducatif gratuit à la française...

  • badaro le lundi 4 aout 2014 à 10:50

    eh oui on change de monde fini l'achat à tout va exemple parmi tant d'autres champignons boutons et plaies terminé les cremes à 30€ ou le pharmacien se gave de 10 le labo de 10 et l'état de 10; place à une tete d'ail qui fait l'affaire en plus c'est du bio prix 0.0000000000001centimes :)

  • DADA40 le lundi 4 aout 2014 à 10:12

    L'état va bien trouver un moyen de taxer les échanges. Il impose déjà certains comme s'ils étaient des professionnels!

  • SuRaCtA le lundi 4 aout 2014 à 10:11

    Oui, dans de toute facon nous visons dans un monde en mutation perpetuelle, soit on l'accepte et on s'adapte soit on se retranche reclus à se morfondre et à répéter que s'était mieux avant...

  • MI2010SP le lundi 4 aout 2014 à 09:53

    La crise, la crise, je ne crois plus que nous soyons encore en crise, mais plutôt dans une phase de transition,pour de nouveaux modes de consommation notamment.