La crise de la dette sera la priorité du G20 de Cannes, dit l'UE

le
0

BRUXELLES (Reuters) - La crise de la dette dans la zone euro et le risque de la voir se répercuter au reste du monde préoccupent tellement les dirigeants du G20 qu'ils devraient en faire la priorité de leur sommet début novembre, ont déclaré deux des principaux dirigeants de l'Union européenne lundi.

Dans une lettre aux autres dirigeants de l'UE, le président de la Commission européenne José Manuel Barroso et celui du Conseil européen Herman Van Rompuy estiment cependant que le sommet des 3 et 4 en novembre à Cannes, sous présidence française, devrait également évoquer les risques pour la croissance mondiale liés à la situation des États-Unis et des pays émergents.

"L'Europe sera au centre de toutes les attentions au sommet de Cannes", écrivent les deux hommes dans leur lettre.

"Nos partenaires du G20 ont l'impression que, si l'Europe ne résout pas la crise de la dette souveraine qui l'affecte actuellement, l'économie mondiale subira de graves répercussions. Il nous appartient de démontrer que l'Union européenne est déterminée à faire tout ce qui est nécessaire pour surmonter les difficultés actuelles", ajoutent les deux dirigeants.

La lettre souligne aussi que de nombreux déséquilibres observés avant le début de la crise de la zone euro restent à résoudre.

"Pour ce faire, nous devons garantir un débat équilibré quant aux différents risques pour l'économie mondiale, y compris ceux provenant des États-Unis et ceux qui émanent des économies de marché émergentes", poursuivent ses auteurs. "Chaque Etat doit apporter sa contribution."

La lettre relaie l'appel des ministres des Finances de l'Union en faveur d'un plan permettant d'élargir le panier de devises composant les droits de tirage spéciaux (DTS) du Fonds monétaire international.

Certains responsables espèrent que les DTS deviendront à terme une nouvelle monnaie de réserve mondiale, réduisant ainsi la dépendance internationale au seul dollar américain.

La perspective de voir le panier des DTS intégrer le yuan chinois pourrait, espère certains d'entre eux, inciter la Chine à favoriser l'appréciation de sa monnaie, ce qui contribuerait à rééquilibrer le commerce mondial et les comportements d'épargne dans certains pays.

L'UE souhaite également évoquer au sommet du G20 la possibilité de renforcer l'arsenal du FMI pour lui permettre de venir en aide à des pays soumis en difficulté.

Jan Strupczewski; Marc Angrand pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten et Jean Décotte

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant