La crise de la dette se propage dans la zone euro

le
0
Les marchés dégringolent, inquiets de la contagion de la crise grecque à l'Italie et à l'Espagne. Les ministres de la zone euro, réunis à Bruxelles, peinent à rassurer.

Le risque d'une propagation de la crise de la dette souveraine au c½ur de l'Europe, réveillé par l'Italie, pousse à réfléchir hors des sentiers battus. Talonnés par les marchés, les ministres des Finances de l'euro ont ouvert le débat sur deux pistes jusqu'ici taboues: l'hypothèse d'un défaut de paiement partiel (ou sélectif) de la Grèce et la possibilité pour Athènes de racheter sa propre dette afin d'en réduire la charge.

La discussion, aussi technique qu'elle est politiquement chargée, n'aboutira sans doute pas avant plusieurs semaines. Sous l'½il sourcilleux des agences de notation, elle oppose l'insistance d'Angela Merkel, décidée à faire supporter coûte que coûte une partie des renflouements aux banques privées, à la perséverance de Jean-Claude Trichet, résolu à ne prendre aucun risque sur la valeur des titres « souverains » inscrits au bilan de la BCE, quitte à solliciter encore le contribuable.

Aucun choix décisif n'est attendu ce soir,

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant