La crise chypriote fait tanguer l'économie russe

le
1
La Banque centrale russe se réunit mardi, alors que le pays ne tiendra pas ses objectifs de croissance en 2013.

L'absence de panique parmi les déposants chy­priotes n'a pas suffi à éteindre les craintes des salles de marché moscovites. D'autant que toutes les conséquences du plan de sauvetage chypriote ne sont peut-être pas encore connues. Des calculs sont en effet en cours pour déterminer l'ampleur de la ponction prévue sur les dépôts à la Bank of Cyprus, l'une des deux plus grandes banques du pays. Et les détenteurs de gros dépôts pourraient être ponctionnés jusqu'à 60 % (contre 37,5 % prévus dans l'accord pour les comptes dépassant 100000 euros).

Gel des mouvements de capitaux

La place financière insulaire par laquelle transite une bonne partie des investissements russes s'apprête à entrer dans un long hivernage, au risque d'affecter l'économie du pays, elle-même déjà ralentie. Signe de cette fébrilité apparente, la Banque centrale de Russie ...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • vd46 le lundi 1 avr 2013 à 18:59

    ça montre l'importance de ce genre de petits pays pour les gros magouilleurs publics et privés !!! bien fait !!