La crise a redistribué les cartes entre les consommateurs et les grandes marques

le
1
Andrew Horwitz/shutterstock.com
Andrew Horwitz/shutterstock.com

(Relaxnews) - Avec la crise, les Français ont appris à prendre davantage de recul sur les courses qu'ils effectuent. D'après une étude de Promise Consulting Inc, publiée mercredi 5 décembre, la quasi-totalité des consommateurs (98%) comparent les prix entre les marques, tandis que 86% approuvent le rapport qualité/prix des marques de distributeurs.

Désormais, seuls 40% des consommateurs estiment qu'il est normal de payer une grande marque plus cher parce qu'elle garantit une qualité supérieure. Les marques de distributeurs, ces produits qui portent le logo des grandes surfaces, ont gagné leur place dans le caddie de la ménagère. 81% des personnes interrogées considèrent leur qualité comparable à celle des grandes marques.

L'important aujourd'hui, c'est le prix. 85% des Français sont ainsi prêts à acheter des enseignes moins populaires pour dépenser moins. Et dans le même temps, il est important pour 98% de consommateurs de comparer les prix, pour éviter des différences qui ne se justifient pas toujours.

En parallèle de ces questions de consommation, l'étude s'est intéressée aux solutions de la crise actuelle. Fait marquant, les Français ne croient pas en l'action des pouvoirs publics pour se sortir de cette situation. Ils comptent en premier lieu sur eux-mêmes (79%) et sur leurs proches (77%).

Cette étude a été réalisée auprès d'un échantillon représentatif national d'individus âgés de 18 ans et plus, entre le 2 et le 30 mars 2009, le 5 et 26 mars 2012 et le 10 et 28 septembre 2012.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • agalich le jeudi 6 déc 2012 à 11:31

    Les grandes marques synonymes de qualité c'est fini. Si elles ne font pas un effort pour se distinguer sur des critères sensibles comme le non OGM, le bio, l'huile de palme, etc, elles ne pourront plus justifier un écart de prix par rapport aux produits low-cost ... La crise a du bon, elle remet les pendules à l'heure !