La Crimée en dix moments clés

le
1
Navire russe dans la baie de Sébastopol, en mars 2014.
Navire russe dans la baie de Sébastopol, en mars 2014.

Son nom signifierait "frontière". Toute l'histoire de la Crimée peut, de fait, se résumer dans sa géographie : une péninsule de quelque 27 000 kilomètres carrés, bordée par la mer Noire, hautement stratégique pour ses puissants voisins. Retour en dix étapes sur une histoire qui continue, aujourd'hui, d'alimenter les crises.De la Tauride aux Tatars La péninsule de Crimée est connue pendant l'Antiquité sous le nom de "Tauride". Plusieurs colonies grecques y sont fondées, par lesquelles transite le blé ukrainien vers la Méditerranée. Le territoire est successivement envahi par les Goths, les Huns ou les Khazars avant qu'en 988 Vladimir, le grand prince de Kiev qui imposera le christianisme en Russie, s'essaie à une première incursion. Les Tatars, d'origine mongole, mais bientôt convertis à l'islam sous l'influence ottomane, prennent cependant l'avantage pour fonder, en 1441, le Khanat de Crimée. Le protectorat ottoman Ce dernier, qui constitue alors l'un des États les plus puissants de la région, passe en 1475 sous protectorat de l'Empire ottoman. Les Tatars mènent des raids réguliers chez leurs voisins et jusque sur Moscou, incendiée en 1571. La lutte contre le Khanat devient l'une des grandes préoccupations de la Russie. "Il faut avoir en tête la très ancienne obsession de Moscou pour l'accès à la mer Noire et la prise de Constantinople", insiste l'historienne Catherine Gousseff, directrice du Centre d'études des mondes...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • v.sasoon le vendredi 7 mar 2014 à 09:38

    http://www.dailymail.co.uk/news/article-2573923/Estonian-Foreign-Ministry-confirms-authenticity-leaked-phone-call-discussing-Kiev-snipers-shot-protesters-possibly-hired-Ukraines-new-leaders.html