La crainte du terrorisme installée durablement en France-Sondage

le
0
    PARIS, 9 janvier (Reuters) - Un an après les attentats 
contre Charlie Hebdo et l'Hyper Cacher à Paris, la crainte du 
terrorisme s'est installée durablement en France, confirme un 
sondage de l'Ifop réalisé pour Sud-Ouest Dimanche auprès de 
1.006 personnes les 4 et 5 janvier dernier. 
    Pour 95% des personnes interrogées, la menace terroriste est 
élevée et la proportion est à peu près la même des sympathisants 
du Front de gauche (FG) à ceux du Front national (FN) en passant 
par ceux des partis socialiste (PS) ou des Républicains (LR). 
    Ce pourcentage n'était que de 52% en septembre 2010. Il est 
monté régulièrement au fil des ans pour atteindre 93% après les 
attaques de janvier 2015 et un pic de 98% après celles du 13 
novembre, qui ont fait 130 morts à Paris. 
    La proportion de personnes jugeant cette menace "très 
élevée" est, elle, passée de moins de 20% avant les attentats de 
janvier 2015 à 68% au lendemain de ceux du 13 novembre, pour se 
stabiliser aujourd'hui à 41%. 
    Entre-temps, il y a eu un projet d'attentat contre une 
église à Villejuif, près de Paris, la décapitation d'un chef 
d'entreprise à Saint-Quentin-Fallavier, en Isère, et l'attaque 
déjouée du Thalys entre Bruxelles et Paris. 
    "L'idée que le terrorisme pouvait frapper de nouveau en 
France s'est donc installée durablement dans quasiment tous les 
esprits", commente l'institut de sondage Ifop. 
    Selon cette enquête, 88% des Français font confiance aux 
forces de l'ordre pour lutter contre le terrorisme, une 
proportion relativement stable depuis janvier 2015, malgré la 
répétition des attentats ou tentatives d'attentats. 
    Cette cote de confiance est, là encore, à peu près du même 
ordre de l'extrême gauche à l'extrême droite. 
    Seulement 49% des personnes interrogées disent en revanche 
faire confiance au chef de l'Etat, François Hollande, et à son 
gouvernement, face à la menace terroriste.  
    Une cote de confiance qui a peu varié depuis janvier 2015 
(51%), mais qui est en revanche très différente selon les 
sympathies des personnes sondées : elle va de 24% pour les 
sympathisants du FN et 29% pour ceux de LR, à 90% pour les 
sympathisants du PS en passant par 62% pour ceux du FG. 
    Enfin, l'adhésion des Français aux frappes aériennes 
effectuées par la France contre des positions du groupe Etat 
islamique (EI) en Syrie a sensiblement augmenté : elle est passé 
de 76% fin septembre à 82%, en passant par un pic de 85% après 
les attentats du 13 novembre. 
 
 (Emmanuel Jarry) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant