La crainte d'El Nino sur le marché des matières premières

le
0

Le phénomène climatique El Niño pourrait se manifester cette année, à partir du mois de juin. Ce courant chaud bouleverse non seulement la météo, mais aussi la production des matières premières.

El Nino, un bouleversement annoncé

Tous les trois à cinq ans, El Niño se rappelle au bon souvenir des producteurs de matières premières. Les effets de ce phénomène climatique, qui se traduit par un courant chaud dans la zone intertropicale du Pacifique, ont été constatés dès le XIXe siècle en Amérique du Sud, car la pêche du poisson était bien moins riche. Depuis, El Niño provoque des pluies torrentielles ou de la sècheresse, selon les zones du globe.

Cette année, l'Organisation météorologique mondiale estime qu'El Niño a entre 25 et 75 % de chances de revenir. Ses effets se feraient alors sentir dès le mois de juin.

Quels risques ?

Ce courant chaud entraîne toujours des conséquences sur la production des matières premières et ce, de façon majoritairement négative. En Asie du Sud-Est, la sécheresse s'impose et met en danger les cultures de riz, caoutchouc et huile de palme. El Niño freine la mousson en Inde et induit une diminution de la production de riz et sucre. En Chine, les inondations sont à redouter avec un impact négatif sur le riz, le maïs et le coton. Seul le continent américain a pu tirer un bénéfice de pluies accrues, favorables au blé, maïs et soja locaux.

Impact sur les prix

Si la venue d'El Niño n'est pas certaine, sa crainte a déjà entraîné une variation des prix des matières premières depuis avril. Le cacao et l'huile de palme sont déjà en hausse.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant