La CPI abandonne ses charges contre le président Kenyatta

le
0

(Avec détails, réactions) AMSTERDAM, 5 décembre (Reuters) - La Cour pénale internationale (CPI) a annoncé vendredi l'abandon des charges pour crimes contre l'humanité visant le président kényan Uhuru Kenyatta, accusé d'avoir fomenté les violences post-électorales de l'hiver 2007-2008 au Kenya. Le tribunal international de La Haye ne l'a cependant pas acquitté comme le demandaient les avocats du chef de l'Etat, et n'a pas exclu de rouvrir des poursuites en cas d'apparition de nouveaux éléments. Mercredi, la CPI avait donné une semaine au parquet pour étayer ses accusations contre Kenyatta ou les retirer en totalité. Dans un document de la cour, la procureure Fatou Bensouda déclare que les preuves restent insuffisantes "pour prouver la responsabilité pénale présumée de M. Kenyatta". A Nairobi, Uhuru Kenyatta s'est dit "ravi" de cette décision, tout en demandant que la CPI abandonne également ses poursuites pour crimes contre l'humanité à l'encontre du vice-président William Ruto. Elu à la présidence du Kenya en mars 2013, Uhuru Kenyatta était accusé d'avoir été l'un des organisateurs des violences à caractère politique et ethnique qui ont fait 1.200 morts après l'élection présidentielle disputée de décembre 2007. Il niait les accusations portées contre lui. "Il est regrettable que les victimes n'aient quasiment rien obtenu sur l'ensemble de ce procès", a déclaré Fergal Gaynor, avocat des victimes dont le nombre total est estimé à 20.000. (Thomas Escritt à Amsterdam, Duncan Miriri à Nairobi; Danielle Rouquié et Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant