La course contre la montre de PSA et des Peugeot

le
0

La division de la famille Peugeot s'étale au grand jour. Malgré les objections du président de PSA Thierry Peugeot, ses instances de gouvernance soutiennent l'opération envisagée avec Dongfeng et l'État.

La rupture est consommée au sein de la famille Peugeot. Thierry Peugeot, le président du conseil de surveillance de PSA et «chef» de file de l'une des trois branches héritières de la famille fondatrice du constructeur, n'est en effet à ce stade pas parvenu à convaincre ses cousins. À ses yeux, l'opération d'augmentation de capital de PSA en passe d'être déclenchée n'est pas satisfaisante. Cette opération, qui prévoit une part réservée au chinois Dongfeng et à l'État français, verrait ces deux nouveaux actionnaires entrer au capital du constructeur français à hauteur de 14% environ. La famille Peugeot, moyennant un investissement de 120 millions au plus se verrait diluée: sa participation de 25% aujourd'hui descendrait à 14% également. Une rupture historique qu...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant