La course à l'Europe s'accélère, Marseille exaspère

le
0
La course à l'Europe s'accélère, Marseille exaspère
La course à l'Europe s'accélère, Marseille exaspère

Monaco, Lyon, Nice et Saint-Étienne se tiennent maintenant en deux points. En bas du classement, ce sont Ajaccio et Reims qui vont se battre pour la survie, tandis que Toulouse décroche. Et au milieu de tout ça, Marseille s'enfonce dans la médiocrité. Au moins, il y a du suspense à l'approche des multiplex de fin de saison.

L'analyse définitive de la semaine : Saint-Étienne va s'inviter sur le podium final, sans faire de bruit


Monaco, Lyon, Nice et même Rennes jusqu'il y a quinze jours. Voilà les noms évoqués lorsque qu'on parle de la lutte pour la qualification en Ligue des champions. Mais à partir de maintenant, il va falloir compter sur un nouvel acteur. Même si Christophe Galtier estime qu'il faudrait "l'enfermer si son ambition était supérieure à la Ligue Europa", les Stéphanois ont clairement leurs cartes à jouer dans cette bataille. Grâce à Nolan Roux, Saint-Étienne vient d'enchaîner avec une cinquième victoire consécutive, sans encaisser le moindre but. Sans briller dans le jeu, les Stéphanois ont vaincu sans trembler Montpellier, le Gazélec, Troyes, Bastia et Lorient. L'ASSE avance tranquillement, sans faire de bruit, et est terriblement efficace sur le plan comptable. Nul doute que le match contre Nice lors de la 37e journée sera capital. Surtout qu'au même moment, Lyon et Monaco s'affronteront. Après tout, s'il y a bien une année pour passer un cap, après trois saisons à coincer entre la quatrième et la cinquième place, c'est celle-là.

Le Gazélec sort de la zone rouge, les Verts s'accrochent

La polémique de la machine à café : les supporters de l'OM doivent-ils recevoir une médaille d'honneur pour acte de courage ?


Cette saison, l'OM a connu plus d'entraîneurs que de victoires à domicile. Une statistique qui fait très mal, et qui explique à elle seule le calvaire enduré par les supporters marseillais. Après la colère effrayante face à Rennes (2-5) et l'extrême ironie face à Bordeaux (0-0), le public du Vélodrome a adopté une nouvelle attitude ce dimanche : l'exaspération, la consternation, l'abandon. À cause du huis clos partiel, ils n'étaient que 15 000 dans les travées du stade Vélodrome. Devant le but contre son camp de Nkoulou, le carton rouge de Romao, la blessure d'Abou Diaby et le spectacle général désastreux, ils n'ont pas bronché. Quelques sifflets par-ci par-là, mais rien de bien méchant. L'incroyable série de…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant