La Cour suprême ordonne de libérer 46.000 prisonniers en Californie

le
0
Les conditions de détention ont été jugées inhumaines à cause d'une surpopulation endémique. L'État a deux ans pour y remédier.

La nouvelle a choqué les Californiens. La Cour suprême des États-Unis a obligé leur État à libérer 46.000 repris de justice. La raison de ce jugement sans précédent, obtenu à 5 voix contre 4 après un débat houleux: une surpopulation carcérale devenue si ingérable qu'elle empêche la Californie d'obéir au 8e amendement de la Constitution américaine qui interdit les châtiments cruels et exceptionnels.

Un détenu meurt tous les six jours

«Faut-il s'inquiéter? Notre sécurité est-elle en danger?», se demandent les habitants de Los Angeles. Sitôt la décision annoncée, des photos ont commencé à circuler. On a ainsi découvert des gymnases transformés en dortoirs géants où s'empilent des centaines de lits superposés; des détenus confinés dans des cages minuscules en attendant une visite médicale qui, souvent, ne se matérialise pas; et, bien sûr, des cellules bondées. Le juge suprême Anthony Kennedy, qui a rédigé la décision au nom de la majorité, s'e

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant