La Cour suprême inflige un revers à Barack Obama sur sa réforme de l'immigration

le
0
Barack Obama à la maison blanche, le 23 juin à Washington.
Barack Obama à la maison blanche, le 23 juin à Washington.

Les juges ont bloqué, jeudi, le projet du président américain, visant à régulariser plus de cinq millions de personnes en situation irrégulière. Hillary Clinton a qualifié cette décision d’« inacceptable ».

Dans la dernière ligne droite de son second mandat, Barack Obama a essuyé, jeudi 23 juin, un sérieux revers dans son programme de réformes. La Cour suprême des Etats-Unis a en effet bloqué son projet sur l’immigration, qui visait à régulariser plus de cinq millions de personnes en situation irrégulière.

Le vote des juges s’est soldé par une stricte égalité (quatre voix pour, quatre contre) qui revient à confirmer deux décisions, l’une du tribunal fédéral de Brownsville (Texas) en 2015, en première instance, et l’autre, en appel, par la cour fédérale de La Nouvelle-Orléans (Louisiane).

La Cour suprême n’a en effet pas pu trancher dans la mesure où son neuvième siège n’a toujours pas été pourvu depuis le décès, en février, du juge conservateur Antonin Scalia, qui aurait, de toutes les façons très certainement voté dans le sens d’un blocage.

« Décision frustrante » Face à l’opposition systématique des républicains au Congrès visant à faire évoluer la législation sur l’immigration, M. Obama avait décidé, en novembre 2014, d’user de ses pouvoirs exécutifs pour faire passer une réforme visant à sortir de l’illégalité des millions de clandestins.

Les immigrants illégaux, présents depuis plus de cinq ans sur le sol américain, sans passé judiciaire et dont les enfants possèdent des documents officiels auraient pu ainsi éviter d’être expulsés et obtenir un permis de travail. Mais pas moins de vingt-six Etats, le Texas en tête, avaient accusé le président d’abuser de son pouvoir, ...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant