La Cour des comptes taille en pièces le budget de l'État en 2014

le , mis à jour le
49
Les ministres réaffirment dans un communiqué l?engagement du gouvernement à poursuivre la dynamique de la réforme de l?État engagée depuis plusieurs années.
Les ministres réaffirment dans un communiqué l?engagement du gouvernement à poursuivre la dynamique de la réforme de l?État engagée depuis plusieurs années.

C?est un rapport d?une rare sévérité que vient de publier la Cour des comptes sur l?exécution du budget 2014 de l?État. Rien ou presque n?a trouvé grâce aux yeux de ses magistrats. Le premier président de l?institution, Didier Migaud, a dressé un constat accablant, mercredi matin, devant les députés de la commission des Finances de l?Assemblée nationale. Le socialiste a dénoncé l?interruption de la réduction du déficit budgétaire pour la première fois depuis 2010, une dette en progression soutenue, des recettes inférieures aux prévisions et des dépenses « stabilisées moyennant des opérations budgétaires contestables » !

En 2014, le déficit de l?État (hors collectivités locales et Sécurité sociale) s?est creusé de plus de 10 milliards d?euros par rapport à 2013, à 85,6 milliards. C'est près de 3 milliards de plus que ce que prévoyait la loi de finances initiale ! Et ce résultat n?est même pas lié aux dépenses exceptionnelles comme les "investissements d?avenir". Même en les excluant du calcul, l?écart entre les recettes et les dépenses de l?État s?est creusé de 5,5 milliards d?euros?

"Les réveils peuvent parfois être douloureux"

Conséquence, la dette de l?État a continué à progresser de 71 milliards d?euros et atteint désormais 1 528 milliards. Didier Migaud n'a pas hésité à rappeler qu?il aurait fallu limiter le déficit à 11 milliards,...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • launor le jeudi 22 oct 2015 à 15:52

    La cour des comptes tient le même discours depuis des années mais l'état creuse toujours sa dette.

  • M601364 le vendredi 29 mai 2015 à 08:44

    1.8 millions pour le Panthéon

  • M601364 le vendredi 29 mai 2015 à 08:43

    6 mois pour toucher sa retraite bravo sans indemnités

  • mark92 le vendredi 29 mai 2015 à 06:34

    M340 d'accord on vire les fonctionnaires et tu iras ou le samedi matin pour prendre ton passeport ?? C'est pas comme dans ton bureau. pas 35 heures/semaine avec 2h de pause café/jour. Permanence 24h/24 7jours/7. Crois tu qu'on peut rentrer dans tous les batiments publiques comme dans ton immeuble ??

  • b.renie le vendredi 29 mai 2015 à 06:20

    Le taux de l'argent à court terme ne cesse de s'effriter . On arrive à 0.16% à un an. Cela indique qu'il n'y a pas de demande en face d'une liquidité importante. Le chômage n'est pas près de régresser.

  • mark92 le vendredi 29 mai 2015 à 03:23

    AFPS a déja oublié le raport de la cour des comptes ?? Pourtant c'est un socialo qui crache dans le bonne souppe.

  • M3401050 le jeudi 28 mai 2015 à 23:55

    Ce qui serait bien si on supprimait 3/4 des fonctionnaires c est que les assedics ne souffriraient pas car les fonctionnaires ne payent pas ces cotisations ..... C est pour ça qu a chaque fois ils sont auprès des chômeurs quand ils manifestent car ils ne contribuent en rien à leur indemnités . Comme tous bons vieux socialistes c est vachement mieux de partager l argent des autres que le sien.

  • kejocol le jeudi 28 mai 2015 à 19:17

    Résultat normal avec +60000 fonctionnaires et des emplois d'avenir qui nous coûtent la peau des f.sses. il faut virer tous les sénateurs et députés ainsi que les 3/4 des fonctionnaires.

  • sarestal le jeudi 28 mai 2015 à 18:55

    Et les emplois d'avenir, une simili fosse à cacher le chômage, ils n'ont pas honte d'avoir mis cela en place !

  • M8252219 le jeudi 28 mai 2015 à 15:40

    Il n'y a pas de quoi s'étonner depuis 3ans l'aveuglement et le dogmatisme sont les règles du gouvernement . 70 milliards de déficit de plus en 2014 Aucune économie sur le budget de l'état et le gouvernement parle de redistribution EN 3 ANS 130 milliards d'impôts supplémentaires et 700.000 Chômeurs de plus.