La Cour des Comptes juge l'organisation de l'Etat trop complexe

le
5
La Cour des Comptes juge l'organisation de l'Etat trop complexe
La Cour des Comptes juge l'organisation de l'Etat trop complexe

Le rapport de la Cour des Comptes publié ce jeudi a un maître-mot : simplifier. Après avoir pointé du doigt des prévisions trop optimistes sur le déficit public, l'instance de contrôle s'attaque maintenant à l'organisation de l'Etat et des collectivités locales.

Ses conclusions sont sans appel : doublons, enchevêtrement de compétences, incohérence des périmètres d'action entre administrations, directions parfois hétérogènes... L'organisation territoriale de l'Etat «demeure trop complexe et insuffisamment efficiente», selon le rapport de 260 pages, qui recommande des réformes en profondeur.

«Cette complexité freine les acteurs, ralentit les décisions, dilue les responsabilités», elle finit par «affaiblir l'autorité de l'Etat», écrivent les magistrats de la rue Cambon. Selon eux, «la multiplication des réunions de concertation, les doublons dans les activités des services consomment trop de temps, ce qui est d'autant plus préjudiciable dans une période de réduction des effectifs».

Des «problèmes de cohérence»

Il invite à tirer «pleinement les conséquences des lois de décentralisation», constatant que, entre l'Etat et les collectivités, persistent des chevauchements notamment en matière de développement économique, d'aide à la création d'entreprise, de sport, d'action culturelle, de commerce extérieur, de tourisme. Dans ces deux derniers domaines, l'intervention de l'Etat est devenue tellement «résiduelle» qu'elle devrait être abandonnée.

Quant à l'organisation interne de l'Etat, le rapport multiplie les exemples de «problèmes de cohérence». Ainsi, les ressorts des 36 cours d'appel ne coïncident pas avec ceux de la police judiciaire et devraient épouser les contours des 26 régions. Le périmètre des Douanes «ne correspond à aucun autre», ce qui complique la lutte contre la drogue ou le blanchiment d'argent.

«A tous les niveaux, l'exercice des missions de sécurité et de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pichou59 le jeudi 11 juil 2013 à 19:16

    cela permet de noyer le poisson

  • frk987 le jeudi 11 juil 2013 à 17:53

    L'Etat est organisé à tous les niveaux en fonction des copains en place à un moment donné. Arrêtez d'en chercher des raisons objectives car il n'y en a pas. L'Etat a voulu regrouper les CAF mais des exceptions ont eu lieu en raison du député machin ou du ministre truc muche idem pour les juridictions,....., voilà comment est organisé l'Etat.

  • Breizhll le jeudi 11 juil 2013 à 17:46

    et avec les 2 autres pingouins à la tête tout ça, ils ont réussi à alourdir la machine....

  • MIKE3000 le jeudi 11 juil 2013 à 17:36

    c'est sûr, à force de recruter les copains des copains du cousin de la niéce de la femme du secrétaire du conseil général ou de la mairie ou de la préfecture ou de la communauté de communes ou de la ministre ou de..................

  • vdufour3 le jeudi 11 juil 2013 à 17:10

    On n'ose imaginer les critiques qui pleuvraient sur les dirigeants d'une société qui serait organisée sur le même modèle!