La Cour des comptes épingle les collectivités territoriales

le
4
La Cour des comptes épingle les collectivités territoriales
La Cour des comptes épingle les collectivités territoriales

Les collectivités territoriales seraient-elles trop dépensières ? L'organisme chargé de contrôler la régularité des comptes publics estime que ces dernières «n'ont pas apporté la contribution attendue à la réduction des déficits publics», dans son rapport sur les finances locales. L'an dernier, leurs dépenses de fonctionnement auraient progressé trop vite.

Les administrations locales (collectivités, plus organismes rattachés) représentant 21% de la dépense publique et 9,5% de la dette, «ont vocation à prendre leur part des efforts de redressement des comptes publics», dit la Cour des comptes. «En 2013, elles n'ont pas apporté la contribution attendue» et «les perspectives d'une plus grande maîtrise des dépenses (...) sont incertaines», affirme un communiqué de l'institution présidée par Didier Migaud.

Le rapport, le deuxième du genre après celui de 2013, a été établi «sur la base de 136 contrôles de collectivités». Selon la Cour, «la baisse modeste (-0,6%) des concours financiers de l'État en 2013 n'a pas freiné l'évolution des dépenses, du déficit et de la dette du secteur public local». Au total, «le solde des administrations publiques locales s'est creusé à 0,4% du PIB, contribuant ainsi pour un tiers au retard pris dans la réduction des déficits publics.» «La masse salariale a continué de progresser (+3,1% après +3,5% en 2012). Cette évolution est la conséquence notamment de la triple hausse des effectifs, des rémunérations indiciaires (sous l'effet des avancements d'échelon et de grade) et des régimes indemnitaires. Elle résulte également, mais pour une part minoritaire, de décisions de l'État qui échappent aux collectivités», selon les magistrats de la rue Cambon.

Un endettement en hausse

Malgré le décalage entre recettes et dépenses de fonctionnement, les collectivités territoriales «ont globalement accru - à l'exception des départements - leurs dépenses ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • janaliz le mardi 14 oct 2014 à 15:27

    Et le projet des fabuleux éclairés qui nous gouvernent est de renforcer leurs prérogatives, puisqu'en supprimant l'échelon le plus proche on augmente la déconnexion de ces inca.pables qui se croient tout puissants puisqu'ils ont le pouvoir de créer l'impôt et de faire plaisir à leurs sujets en récompensant les courtisans.

  • frk987 le mardi 14 oct 2014 à 13:42

    Ah les ronds points à l'anglaise , source inépuisable de financement des partis politiques, mènent certainement à la faillite des collectivités locales....... 1 tous les cents mètres dans l'ex région à Migaut !!!! et pourtant c'est le moins pou..rris des politicards.

  • jbellet le mardi 14 oct 2014 à 13:08

    Migaud est bien placé pour en parler et donner des leçons... y a qu'à regarder les comptes de l’agglomération de Grenoble dont il a été le president!

  • M4426670 le mardi 14 oct 2014 à 12:55

    Les salariés du privé se serrent la ceinture, ceux de la fonction territoriale font un cran de plus à la leur. C'est logique: les premiers doivent trouver des clients et les satisfaire, les seconds se contentent de réclamer leur part d'impots! C'est plus facile!!!!