La Cour des comptes épingle le dérapage budgétaire de l'Etat

le , mis à jour le
12
La Cour des comptes épingle le dérapage budgétaire de l'Etat
La Cour des comptes épingle le dérapage budgétaire de l'Etat

L'Etat vient de se faire taper sur les doigts comme n'importe quel mauvais élève. Motif : Dans son rapport sur le budget de l'Etat en 2014, rendu ce mercredi, la Cour des comptes reproche à la France de n'avoir pas tenu ses engagements. En cause, des «recettes fiscales surestimées» et des dépenses «trop souvent sous-calibrées» qui n'ont pas permis à l'Etat de tenir les engagements pris, en particulier, auprès de la Commission de Bruxelles.

Dérapage budgétaire

Au final en 2014, le déficit de l'Etat s'élève à 85,56 milliards d'euros, soit 3,9% du PIB au lieu des 3,6% espérés. Il dépasse le produit net de l'impôt sur le revenu acquitté par les Français, d'où une nouvelle augmentation de la dette à 1528 milliards l'an passé. Ce dérapage budgétaire s'explique par des recettes fiscales en baisse de 6 milliards, pour la première fois depuis 2009, et des dépenses en hausse alors qu'une stabilisation était prévue. Conséquence : «la réduction du déficit budgétaire de l'Etat, amorcée depuis 2010, a été interrompue en 2014».

Pénalisé par une croissance et une inflation plus faibles qu'attendues, le budget 2014 a été bâti sur des prévisions macro-économiques «optimistes» que l'Etat a tardé à corriger. Les auteurs du rapport de la Cour épinglent à nouveau le gouvernement qui «s'est abstenu d'ajuster plus fortement les dépenses, ce qui aurait permis de contenir le dérapage budgétaire».

La sincérité des prévisions de recettes fiscales mise en cause

Une erreure initiale aggravée donc par des recettes recettes gonflées. En réalité, elles ont été plus faibles qu'annoncées à cause notamment de l'entrée en vigueur du crédit d'impôt en faveur de la compétivité des entreprises (CICE) qui a coûté 6,5 milliards en 2014. Sur ce point, la Cour des comptes sort les griffes. «L'ampleur de l'écart entre prévision et exécution soulève, comme en 2013, bien qu'à un degré moindre , la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3366730 le mercredi 27 mai 2015 à 21:47

    C'est sur il faut dégraisser les mammouths, mais là c'est une autre musique

  • M6483692 le mercredi 27 mai 2015 à 15:08

    Il faut faire des économies,supprimer ce qui ne sert à rien.........

  • d.e.s.t. le mercredi 27 mai 2015 à 14:19

    En pays hollandien, on est particulièrement doués dans les techniques de dérapage de toutes sortes: verbal, budgétaire, financier ......!

  • paspad le mercredi 27 mai 2015 à 13:32

    «la réduction du déficit budgétaire de l'Etat, amorcée depuis 2010, a été interrompue en 2014» ....................... malgré une pression fiscale considérablement alourdie, faut il le rappeler ........... oui un rappel s'impose , notamment pour ceux qui ne payent pas d’impôts

  • nanolyon le mercredi 27 mai 2015 à 13:28

    La valse des chiffres continue. Si Hollande a arrété l'hémorragie budgétaire façon Sarkozy, il ne fait pas de miracles non plus. En 2015, il faudra ajouter les 11 milliards du RSA transférés à la charge de l'Etat pour préserver la sécurité sociale qui est en train de boucher son trou. Et pendant ce temps les collectivités locales créent deux fois plus de dette sous l'oeil attentionné de leurs électeurs.

  • CLA.WINK le mercredi 27 mai 2015 à 12:42

    il et juste bon pour les voyages et c compagne !!! faut lui laisser au moins cela ...

  • jerom216 le mercredi 27 mai 2015 à 12:42

    la gestion calamiteuse des socialos produit le désastre budgétaire sans issue,et de nous conduire a la ponction de 10% du patrimoine des français afin d’alléger le poids d'une dette intenable !

  • CLA.WINK le mercredi 27 mai 2015 à 12:34

    ON ne change pas les choses qui gagnent

  • CLA.WINK le mercredi 27 mai 2015 à 12:32

    vi vi pourquoi ? le pouvoir et l'argent CQFD .....

  • ZvR le mercredi 27 mai 2015 à 12:31

    Les prévisions du gouvernement sont du pipo? quelle qurprise.