La Cour des comptes craint un déficit de 3 à 6 milliards de plus que prévu

le
0
La Cour des comptes craint un déficit de 3 à 6 milliards de plus que prévu
La Cour des comptes craint un déficit de 3 à 6 milliards de plus que prévu

François Hollande avait donné la feuille de route lors de sa conférence de presse mi-janvier : il faudra trouver 50 milliards d'euros d'économies entre 2015 et 2017. Avec en ligne de mire immédiate, la réduction du déficit public réclamée par Bruxelles: 4,1% du produit intérieur brut en 2013, puis 3,6% en 2014. La Cour des comptes, dont le rapport dévoilé ce mardi était très attendu, met fortement en doute ces objectifs.

Son premier président, Didier Migaud, a estimé qu'il y avait «un risque significatif» que le déficit public 2013 de la France excède la cible gouvernementale, malgré un effort «considérable» . L'Insee dévoilera le chiffre fin mars. Pour 2014, 3 à 6 milliards d'euros pourraient manquer. Le recul à 3,6% du PIB visé par François Hollande n'est donc également «pas assuré à ce stade», juge le premier président de la haute juridiction, qui préconise «d'amplifier» l'effort sur les dépenses jusqu'en 2016. Les collectivités territoriales et le secteur de la protection sociale, qui ont jusqu'à présent «le moins contribué» aux efforts, devront être sollicités.

S'il s'est réjoui que le gouvernement privilégie désormais la baisse des dépenses à la hausse des prélèvements, Didier Migaud a épinglé un «excès d'optimisme» concernant les hypothèses de recettes fiscales l'an dernier. Ce travers est «récurrent» en France selon lui et il «serait heureux que ces pratiques cessent». Pour 2014, il a noté qu'une part des économies prévues «n'était pas documentée à ce stade» et que «certaines apparaissaient surestimées».

VIDEO. Didier Migaud : «le respect de l'objectif du gouvernement n'est pas assuré»

Chantre des économies dans la dépense publique, comme moyen essentiel de redresser les comptes publics, Didier Migaud avait en janvier reconnu les efforts budgétaires du gouvernement pour réduire le déficit, tout en concédant que son travail était handicapé par la morosité ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant