La Cour de Strasbourg clôt le dossier Timochenko

le
0

STRASBOURG, 22 janvier (Reuters) - La Cour européenne des droits de l'homme a mis fin jeudi à la procédure pour procès inéquitable engagée contre son pays par Ioulia Timochenko après l'accord intervenu entre l'ancienne Première ministre d'Ukraine et le nouveau gouvernement. Cette figure de l'opposition au président déchu Viktor Ianoukovitch avait été condamnée à sept ans de prison en 2011 pour avoir signé avec la Russie un contrat d'importation de gaz. L'ex-égérie de la "Révolution orange" de 2004 a été libérée le 22 février 2014, le jour même où Viktor Ianoukovitch prenait la fuite devant les manifestations de Kiev, consécutives à son refus de signer un accord d'association avec l'Union européenne. "Le gouvernement a admis que les poursuites pénales dirigées contre Mme Timochenko étaient motivées par des considérations politiques et reconnaît une violation de ses droits", dit la cour en prenant acte de "l'accord amiable" entre les parties. La Cour de Strasbourg avait condamné l'Ukraine en avril 2013 dans un arrêt constatant le caractère arbitraire et les motivations politiques de l'arrestation et de la détention provisoire de Ioulia Timochenko. La seconde procédure concernait son procès et sa condamnation. Revenue à la vie politique, l'ancienne femme d'affaires, qui est âgée de 54 ans, n'a pas retrouvé l'aura dont elle bénéficiait auprès d'une partie de l'opinion pro-européenne. Candidate à l'élection présidentielle du 25 mai 2014, elle a été battue par Petro Porochenko en ne rassemblant sur son nom que 12,82% des voix contre 54,7% au milliardaire et industriel. (Gilbert Reilhac, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant