La cour de révision va se pencher sur l'affaire Iacono

le
0
LA COUR DE RÉVISION VA RÉEXAMINER L'AFFAIRE IACONO
LA COUR DE RÉVISION VA RÉEXAMINER L'AFFAIRE IACONO

NICE (Reuters) - La cour de révision réexaminera l'affaire Christian Iacono, l'ancien maire de Vence (Alpes-Maritimes) condamné à neuf ans de prison en 2009 pour le viol de son petit-fils qui l'avait accusé avant de se rétracter onze ans plus tard.

Contre l'avis de l'avocat général, la commission de révision des condamnations pénales a accepté jeudi la requête de cet homme âgé aujourd'hui de 78 ans, a-t-on appris auprès de l'un de ses avocats, Gérard Baudoux.

"La première étape a été franchie au terme d'une décision très motivée de la commission qui a reconnu que plusieurs éléments nouveaux, dont la rétractation, n'avaient pas été portés à la connaissance des juges à l'époque", a-t-il dit.

La chambre criminelle de la cour de cassation statuant en cour de révision devra se prononcer sur une éventuelle annulation de la condamnation et, le cas échéant, ordonner un nouveau procès d'assises qui pourrait totalement l'innocenter.

Christian Iacono a toujours clamé son innocence depuis le début de cette affaire marquée par de nombreux rebondissements sur fond de conflit familial.

Accusé d'agressions sexuelles par son petit-fils Gabriel pour des faits qui se seraient déroulés dans sa villa entre 1996 et 1998, il avait été condamné en 2009 par la cour d'assises de Nice, une peine confirmée par la cour d'appel d'Aix-en-Provence deux ans plus tard.

Mais quelques mois après ce second verdict, ce même petit-fils, âgé aujourd'hui de 22 ans et père d'un enfant, était revenu sur ses accusations et mis hors de cause son grand-père.

Estimant que sa rétractation n'était pas prise en compte par la justice, Gabriel Iacono avait entamé, en février 2012, une courte grève de la fin devant le Palais de Justice de Grasse avant finalement d'être entendu par le parquet.

Depuis le début de cette affaire qui a suscité beaucoup de passion dans la région de Vence, de nombreux partisans de Christian Iacono soutiennent l'ancien maire.

"C'est la première bonne nouvelle avec sa libération conditionnelle en bientôt 13 ans", a déclaré jeudi la présidente du Comité de Soutien, Anne Sattonnet, également conseillère générale des Alpes-Maritimes (UDI).

Christian Iacono, qui a passé 16 mois en prison en plusieurs fois, a été libéré le 5 avril 2012. Il est toujours placé sous contrôle judiciaire avec interdiction de parler aux médias.

La procédure de révision des condamnations pénales demeure exceptionnelle en France. Depuis 1945, seules huit personnes ont bénéficié d'un nouveau procès après une condamnation.

Matthias Galante, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant